23.1 C
Casablanca
mardi 21 septembre 2021

Accueil RÉFLEXIONS INTERVIEWS Entretien avec Rudy Ricciotti

Entretien avec Rudy Ricciotti

« LES MAINS TENDUES DE LA CULTURE »

icone
RUDY RICCIOTTI, ARCHITECTE

Le Musée des Civilisations d’Europe et de la Méditerranée (MUCEM) inauguré le 4 juin 2013, propulse Marseille au rang de capitale européenne de la culture. Rudy Ricciotti voit vivre son projet après onze ans de travail et d’anxiété. Un architecte militant signe une oeuvre sensitive, une architecture aussi féminine que musculaire.

A+E // Votre bâtiment est pensé et exécuté avec une micro-précision ! Quel est le rôle du matériau et qu’est-ce qui permet aujourd’hui ce genre d’exercice d’aéroélasticité dont le MUCEM offre la démonstration ? 

Rudy Ricciotti // Les bétons fibrés ultraperformants permettent un travail à la compression en rupture à 130 MPA, contre 30 MPA dans les bétons courants. Ils sont utilisés sous forme de pièces préfabriquées, postcontraintes ou non, assemblées soit mécaniquement (pour les structures), soit autoportées (pour les éléments exposés des façades et de la toiture). Les poteaux arborescents, ainsi que les planchers de grande portée sur l’auditorium et les salles d’exposition, sont postcontraints ou précontraints. Cette technologie 100% française, née il y  a quelques années en laboratoire, réduit l’empreinte environnementale et développe une chaîne de production courte. On assiste à Marseille, dans ce chantier explorateur, à la naissance à grande échelle d’une production industrielle où aucun emploi n’est délocalisable. La confiance de l’Etat, à travers sa maîtrise d’ouvrage (OPPIC), a permis de redonner sens ici à la notion de développement économique et social, dans une perspective environnementale identifiable. Avec plus de 10 ATEX, cette réalisation honore les brillants ingénieurs qui ont défendu cette expérience unique. 

A+E // Dans un contexte urbain aussi riche et complexe que celui de la capitale du Sud de la France, comment avez-vous réussi à intégrer les données programmatiques et urbaines du projet ?

R.R // Le Marseillais danse avec sa ville. La ville pousse et résiste aux doctrines de planification, elle reste sauvage et ne sera jamais la banlieue de Paris. Un bout de trottoir en béton, un fragment de goudron, un morceau de pneu sous la pression du vent violent demeurent encore, jusqu’à l’absurde, lumineux, entiers, pleins et goûteux. Dans ces conditions, il fallait faire face à un sentiment d’inquiétude, sans aucune vision de ce qu’il y avait à réaliser. La commande du ministère de la culture était inquiétante en elle-même. Qu’est ce qu’un musée national anthropologique ? Se sont alors posées les questions suivantes : Où est le contexte ? Quelle architecture quand tout est déjà là ? Des questions qui naviguent avec le doute. La question existentielle prend toujours l’architecture à l’estomac.

A+E // Le MUCEM propulse concrètement Marseille au rang de capitale européenne de la culture. Décrivez-nous le rôle de l’architecte militant que vous représentez ?

R.R // Marseille est la dernière ville alternative de la vieille Europe. La culture s’y inscrit dans le paysage et les Marseillais sont des artistes par extrait de naissance. Marseille est une ville de baston, seuls les plus robustes résistent dans un biotope aussi hostile. Le Marseillais ne porte pas de casquette de marin. Il ne craint pas la castagne solaire et sa parole politique emprunte à l’ironie elliptique des Britanniques d’Orient. Sa bureaucratie est noblesse, aristocratie. L’invisible y est craint. Les citoyens de la cité phocéenne sont depuis 1789 dans un état d’esprit pré-insurrectionnel et libertaire par intuition chrétienne, cette perspective rêvée par l’homme de foi qu’était Pier Paolo Pasolini dans ses « Écrits corsaires ». Républicain du Sud, le Marseillais est patriote de sa cité, résistant toute catégorie, à l’image de la cousteline, salade si goûteuse à sectionner à l’opinel dans les caillasses calcaires du Sud de la cité. 

Ici est un des thèmes du questionnement identitaire auquel l’architecture doit faire face à mi-parcours entre culture et agriculture. Il lui faut seule échapper au destin de la colonisation d’une modernité tardive, des métiers tertiaires et des mythes anglo-saxons. La marine de la Royale n’aurait jamais dû quitter Marseille. A cette ville il manque un port de guerre viril, avec son escadre gris argenté, des tours vertigineuses et aiguisées, un arsenal de pierre au goût de parmesan, un souk à l’anis, des remorqueurs de haute mémoire trafiquant d’espaces publics denses ayant la qualité de ceux du Marseille du XIXème siècle. Davantage retable sévillan qu’œuvre d’Yves Klein, Marseille fascine par contrition, la même violence esthétique et le même sublime sont toujours, par destin, disponibles. Etre artiste à Marseille, c’est être d’abord Marseillais et suspect ensuite… Respect aux artistes, ils sont les derniers orchidoclastes ! 

A+E // Peut-on considérer le MUCEM comme un symbole de délivrance identitaire de l’architecture aux prises à une ère de difficulté d’être ?  

R.R // La circulation extérieure du musée, par rampes périphériques, procède du mouvement de la ziggourat et devient cheminement long et initiatique pour arriver à la terrasse reliée par passerelle au Fort Saint-Jean. La nature profonde du projet relève de l’archétype ancien. Du point de vue de la dictature fonctionnaliste, elle constitue une linguistique irrationnelle. Le MUCEM, avec la peau sur les os, sa maigreur structurelle, son absence de reflet et sa matité, renvoie à la métaphore de l’espace méditerranéen. Ce projet porte la question de la difficulté d’être, comme il en va de l’architecture dans un site exceptionnel. 

La filiation avec une mémoire orientaliste lointaine marque le MUCEM. Par ses différents filtres solaires, il porte ses ombres sur la figure. Enraciné dans son contexte, il est cependant la présence emblématique de l’Etat républicain à Marseille. En ce sens, il est également une main tendue à la cité phocéenne rebelle. Cet édifice se reconnaîtra latin, dans un paysage minéral et orientaliste, dans ses intuitions contextuelles.

Vous pensez l’architecture comme une construction et non comme une image. Le MUCEM est-il le porte-parole de cette pensée ? 

R.R // Il est vite apparu évident de refuser la brillance bling-bling, celle-ci pouvant être considérée comme une affirmation d’hégémonie matériologique rivalisant avec le Fort St-Jean. Cette conviction s’est renforcée à la lecture des objectifs urbanistiques. Cela a conduit à présenter le projet final sur des valeurs orthonormées, puis déclinées vers l’effacement. À la massivité du Fort répond la dématérialisation du MUCEM. Ce dernier est amical avec le Fort Saint-Jean. Il est mat, ne porte pas les stigmates tardifs de la néo-modernité, ni les signes névrotiques de la déconstruction. Il ne se situe pas sur les affirmations esthétiques de l’architecture internationale. Il est plutôt osseux, féminin, fragile et même maniéré. En un mot, il est provincial, localisé, provençal, contextuel.

En leur offrant une des plus belles promenades maritimes d’Europe, vous aidez les Marseillais à se réapproprier leur ville, et les Français à se réapproprier Marseille. Voulez-vous prouver que l’architecture peut avoir un impact politique sur la territorialité ?      

R.R // En effet, un nouveau territoire est proposé aux Marseillais. Depuis le quartier populaire du Panier, un parcours gratuit via le Fort Saint-Jean et le MUCEM permet d’aboutir à l’espace public du J4. Ainsi naît une nouvelle porosité sociale qui ouvre ce vaste territoire jusqu’ici interdit. Les transparences visibles depuis les passerelles périphériques (gratuites d’accès) vers les activités muséales, sont les mains tendues de la Culture à la jeunesse marseillaise. Là est aussi l’objectif politique d’un musée national.

icone
Entretien réalisé par Ahmed BELAMINE
icone

ART & CULTURE //

DESIGN //

TWITTER //

“Turning cemeteries into positive spaces that serve each neighborhood” - Listen to #HolcimAwards Next Generation winner Tala Shelbayh provide insights on her project “Living memorial in Jordan”. More project info: https://bit.ly/3tJDIpH #SustainableConstruction

Mail de Sala Al Jadida 🌴✨
Architecte paysagiste : Mounia Bennani
#teamarchi #morocco
https://aemagazine.ma/mail-central-de-sala-al-jadida-mounia-bennani-architecte-paysagiste/

Siège Bosch Afrique - Casablanca ⬇️ 📸
Architecte : Lead Architecture @LeaDemnati
#teamarchi
https://aemagazine.ma/nouveau-siege-de-bosch-afrique-casablanca/

Charger plus...

DEVENEZ CONTRIBUTEUR

La rédaction de A+E vous offre la possibilité d’exercer votre plume au service de vos domaines de prédilections...