12.1 C
Casablanca
mardi 30 novembre 2021

Accueil ARCHITECTURE ACTUALITÉS Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal Pritzker 2021

Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal Pritzker 2021

Quand la modestie triomphe !

icone
Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal

Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal, architectes français, ont été sélectionnés comme lauréats du prix d’architecture Pritzker 2021, a annoncé Tom Pritzker, président de la Hyatt Foundation, qui parraine le prix de renommée internationale comme la plus haute distinction mondiale de l’architecture.

À travers leur conception de logements privés et sociaux, d’institutions culturelles et académiques, d’espaces publics et de développements urbains, Lacaton et Vassal réexaminent la durabilité dans leur vénération pour les structures préexistantes, concevant des projets en faisant d’abord l’inventaire de ce qui existe déjà. En donnant la priorité à l’enrichissement de la vie humaine à travers un prisme de générosité et de liberté d’usage, ils sont en mesure de bénéficier à l’individu socialement, écologiquement et économiquement, en aidant à l’évolution d’une ville.

« Une bonne architecture est ouverte – ouverte à la vie, ouverte pour renforcer la liberté de chacun, où chacun peut faire ce qu’il doit faire », déclare Lacaton. « Cela ne doit pas être démonstratif ou imposant, mais ce doit être quelque chose de familier, d’utile et de beau, avec la capacité de soutenir tranquillement la vie qui se déroulera en son sein ».

« Non seulement ils ont défini une approche architecturale qui renouvelle l’héritage du modernisme, mais ils ont également proposé une définition ajustée de la profession même de l’architecture. Les espoirs et les rêves modernistes d’améliorer la vie de beaucoup sont revigorés grâce à leur travail qui répond aux urgences climatiques et écologiques de notre temps, ainsi qu’aux urgences sociales, en particulier dans le domaine du logement urbain. Ils y parviennent grâce à un sens puissant de l’espace et des matériaux qui crée une architecture aussi forte dans ses formes que dans ses convictions, aussi transparente dans son esthétique que dans son éthique », déclare en partie la Citation du Jury 2021.

Les architectes augmentent l’espace de vie de manière exponentielle et à peu de frais, grâce à des jardins d’hiver et des balcons qui permettent aux habitants de conserver l’énergie et d’accéder à la nature en toutes saisons. La maison Latapie (Floirac, France 1993) était leur première application des technologies de serre pour installer un jardin d’hiver qui permettait une résidence plus grande pour un budget modeste. Les panneaux de polycarbonate rétractables et transparents orientés à l’est à l’arrière de la maison permettent à la lumière naturelle d’illuminer l’ensemble du logement, agrandissant ses espaces communs intérieurs du salon à la cuisine, et facilitant le contrôle du climat.

«Cette année, plus que jamais, nous avons senti que nous faisions partie de l’humanité dans son ensemble. Que ce soit pour des raisons sanitaires, politiques ou sociales, il est nécessaire de créer un sentiment de collectivité. Comme dans tout système interconnecté, être juste envers l’environnement, être juste envers l’humanité, c’est être juste envers la prochaine génération », commente Alejandro Aravena, président du jury du prix d’architecture Pritzker. Lacaton et Vassal sont radicaux dans leur délicatesse et audacieux par leur subtilité, équilibrant une approche respectueuse mais directe de l’environnement bâti.

À plus grande échelle, Lacaton et Vassal, aux côtés de Frédéric Druot, ont transformé La Tour Bois le Prêtre (Paris, France 2011), un ensemble de logements urbains de 17 étages et 96 unités construit à l’origine au début des années 1960. Les architectes ont augmenté la superficie intérieure de chaque unité en supprimant la façade en béton d’origine et ont étendu l’empreinte du bâtiment pour former des balcons bioclimatiques. Les pièces de vie autrefois contraintes s’étendent maintenant dans de nouvelles terrasses en tant qu’espace flexible, avec de grandes fenêtres pour une vue imprenable sur la ville, réinventant ainsi non seulement l’esthétique du logement social, mais aussi l’intention et les possibilités de ces communautés dans la géographie urbaine. Ce cadre a également été appliqué à la transformation de trois immeubles (G, H et I), composés de 530 appartements, au Grand Parc (Bordeaux, France 2017), avec Druot et Christophe Hutin. La transformation a entraîné une réinvention visuelle spectaculaire du complexe de logements sociaux, la modernisation des ascenseurs et de la plomberie, et l’expansion généreuse de toutes les unités, dont certaines ont presque doublé de taille, sans déplacement de résidents et pour un tiers du coût de la démolition et la construction neuve.

Adhérant à un précepte de «ne jamais démolir», Lacaton et Vassal entreprennent des interventions restreintes pour moderniser l’infrastructure désuète tout en permettant aux propriétés durables d’un bâtiment de rester. Plutôt que de combler et de perdre l’impressionnant vide de l’Atelier de Préfabrication no. 2 (AP2), une installation de construction navale d’après-guerre au bord d’un projet de réaménagement du front de mer, les architectes ont choisi d’ériger un deuxième bâtiment, de forme et de taille identiques au premier. Ils ont utilisé des matériaux préfabriqués transparents, ce qui leur a permis de voir sans entrave le nouveau vers l’ancien. Le monument d’origine, destiné à la programmation publique, et la structure plus récente, FRAC Nord-Pas de Calais (Dunkerque, France 2013), abritant des galeries, des bureaux et des entrepôts pour les collections régionales d’art contemporain, peuvent fonctionner indépendamment ou en collaboration. Ils sont reliés par une rue intérieure située dans le vide entre les deux structures.

Une grande partie de leur travail englobe de nouveaux bâtiments, et l’École nationale supérieure d’architecture de Nantes (Nantes, France 2009) illustre l’importance de la liberté d’utilisation. Pour s’adapter à la gamme de pédagogies nécessaires à son corps étudiant croissant, l’intrigue a été maximisée et les architectes ont pu presque doubler l’espace décrit dans le mémoire et le faire dans les limites du budget. Situé au bord de la Loire, ce grand bâtiment à double hauteur de trois étages présente une charpente en béton et en acier encastrée dans des murs rétractables en polycarbonate et des portes coulissantes. Des zones de différentes tailles existent partout, et tous les espaces sont délibérément non prescrits et adaptables. Un auditorium peut s’ouvrir pour s’étendre dans la rue, et les hauts plafonds créent des espaces généreux nécessaires aux ateliers de construction. Même la large rampe en pente qui relie le sol au toit fonctionnel de 2000 mètres carrés est conçue comme un espace d’apprentissage et de rassemblement flexible.

«Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal ont toujours compris que l’architecture prête sa capacité à construire une communauté pour l’ensemble de la société», remarque Pritzker. «Leur objectif de servir la vie humaine à travers leur travail, la démonstration de force dans la modestie et la culture d’un dialogue entre l’ancien et le nouveau, élargit le champ de l’architecture.»

Parmi les travaux importants figurent également la Maison du Cap Ferret (Cap Ferret, France 1998), 14 maisons sociales pour la Cité Manifeste (Mulhouse, France 2005); Pôle Universitaire de Sciences de Gestion (Bordeaux, France 2008); des appartements bas de 53 logements (Saint-Nazaire, France 2011), un théâtre polyvalent (Lille, 2013), des logements étudiants et sociaux Ourcq-Jaurès (Paris, France 2013); un lotissement social de 59 logements aux Jardins Neppert (Mulhouse, France 2014-2015); et un immeuble d’habitation et de bureaux à Chêne-Bourg (Genève, Suisse 2020).

Ils ont établi leur cabinet, Lacaton & Vassal, à Paris en 1987, et ont réalisé plus de 30 projets à travers l’Europe et l’Afrique de l’Ouest. Lacaton et Vassal sont les 49e et 50e lauréats du prix d’architecture Pritzker.


Visual Portfolio, Posts & Image Gallery for WordPress
icone
La rédaction
icone

ART & CULTURE //

DESIGN //

TWITTER //

Et de 2 ! 📚
Le groupe Archimedia vient d’éditer un second numéro spécial : le COLLECTOR DES ARCHITECTES ÉMERGENTS Volume.II

Editorial « Au péril des idées » : https://tinyurl.com/4e3ahkyx
@Fouadakalay @frouakalay
Bonne lecture !
#teamarchi #morocco 🇲🇦

Casablanca: ouverture imminente du passage souterrain de la coupole Zevaco, « Kora Ardia » https://ledesk.ma/enoff/casablanca-ouverture-imminente-du-passage-souterrain-de-la-coupole-zevaco-kora-ardia/ via @LeDesk_ma #LeDesk #Maroc

Aziz Lazrak : de l’art à l’architecture, un cheminement inopiné #Teamarchi
https://aemagazine.ma/aziz-lazrak-art-architecture-un-cheminement-inopine/

Charger plus...

DEVENEZ CONTRIBUTEUR

La rédaction de A+E vous offre la possibilité d’exercer votre plume au service de vos domaines de prédilections...