Anouar Alami – Faire mieux avec moins !

COLLECTOR DES ARCHITECTES ÉMERGENTS - VOLUME I

ANOUAR ALAMI

S’il existe plusieurs courants d’architecture, plusieurs manières d’arpenter l’acte de bâtir, pour Anouar Alami chaque projet à élaborer doit être une nouvelle opportunité pour lui de se dépasser, de se renouveler.

Pour sa part, au travers de ses différentes opérations, il essaie toujours de maintenir un fil conducteur, sans jamais être reproducteur. Sensible à la question environnementale, l’architecture a un rôle majeur à jouer face au changement climatique. Cet enjeu doit être, selon lui, un axe central dans la conception architecturale d’aujourd’hui.


1 // CENTRE D’INFORMATION ET DE CONFERENCES EN COLLABORATION AVEC « GUERIN & PEDROZA »

À l’instar du Complexe Noor, le parti pris architectural du projet Masen Center, vient répondre aux exigences d’innovation, d’identité forte, ainsi que d’intégration dans un environnement semi-désertique.

Chaque entité affiche la singularité de son volume dans un ensemble unique, ainsi qu’une composition sculpturale et dynamique. Les usages sont différenciés (Masen Services, Masen Center) mais restent complémentaires et communiquent entre eux. Quant aux espaces publics, ils offrent un parcours architectural mis en scène par des volumes intérieurs double hauteur, un jeu de rampes, de mezzanines et de passerelles, ayant pour point d’orgue le panorama du grand paysage de la région, offert au sommet de la tour belvédère. Le volume cubique du Centre d’Accueil et de Conférences, constitué de deux blocs distincts, accueillant d’un côté la vidéo surveillance et le Masen Services de l’autre, semble flotter mettant en valeur les vues sur les jardins intérieurs et extérieurs.
La simplicité de la volumétrie, les ouvertures des bâtiments minutieusement travaillées en fonction de leur exposition et le choix des couleurs, s’inspirent des Kasbah du Sud. Les lignes diagonales, les dessins des façades et de la résille en métal qui protègent les façades les plus exposées, puisent dans l’artisanat berbère. 

Le projet a été récemment lauréat à Paris du prix du « Meilleur Bâtiment HQE à l’internationnal » pour l’année 2019.

2// VILLA REVERSO 

Toujours dans la continuité des volumes monolithiques plaidés par Archi+, la Villa Reverso à Casablanca-Anfa a été conçue en deux grands blocs inversés, l’un vertical et l’autre horizontal. L’idée est de rythmer la façade principale sur un terrain long en façade, mais peu profond. Les tons choisis à l’extérieur restent sobres et se nuancent entre le gris du béton brut, le pin d’Oregon et le blanc de l’enduit mono-couche. 

La technique a également beaucoup aidé dans l’aménagement de l’espace intérieur de cette maison. Une dalle pleine permettant des portées de quinze mètres sans portiques a permis d’avoir un plan totalement libre et ouvert au rez-de-chaussée. Une double hauteur est également venue ouvrir davantage l’espace de l’intérieur et lui donner une verticalité, faisant ainsi entrer la lumière du jour, à l’intérieur de la maison.

3// CONCOURS DIRECTION DES ÉQUIPEMENTS RABAT 

La démarche de l’architecte pour ce projet était d’inscrire le bâtiment dans une architecture moderne présentant un nouveau visage à la DEP, par le contraste des matériaux choisis ainsi que le jeu de volumes décalés, avec des porte-à-faux imposants. La proposition consistait également à concevoir un édifice fonctionnel permettant une gestion optimale des flux. En effet, le bâtiment dispose de deux entrées qui permettent un accès facile depuis la rue, mais aussi d’autres accès qui mènent vers la cour centrale. Un préau et une double hauteur ont été placés à l’entrée principale du bâtiment permettant une desserte aisée vers les différents locaux. Chaque entrée est adossée à un préau extérieur ombragé sous un porte-à-faux, formant ainsi un espace extérieur protégé.

À l’intérieur des locaux nous retrouvons de grands volumes ouverts, laissant passer une lumière indirecte, sans éblouissement, grâce aux brises-soleil.

4 // BÂTIMENT TÉLÉCOM

Le bâtiment de télécommunication du Complexe Solaire Noor Ouarzazate a été conçu pour abriter des serveurs informatiques et un Data Center. Ce bâtiment semblable à un «Ovni», a été volontairement décollé du sol afin d’affirmer sa forme monolithique, mais aussi pour l’intégration d’un plancher technique. Les ouvertures ont été minimisées afin de protéger les installations des fortes chaleurs, sur un site semi-désertique.

5// UNIVERSITE HASSAN IIPROJET LAURÉAT

Le projet a été esquissé en un seul bloc monolithique. La façade du bâtiment est rythmée par des ouvertures verticales, en fente, procurant un aspect dynamique à l’édifice, tout en minimisant l’apport de lumière du Sud Ouest. L’idée est de faire du bâtiment, un repère au sein de la Faculté Hassan II de Casablanca.

Deux percées dans chacun des amphithéâtres, ainsi qu’une hauteur notable ont été prévus au cœur du bâtiment permettant un regroupement aisé des flux. Une double circulation centrale longe les amphithéâtres et permet le maniement d’un nombre important d’étudiants.


A PROPOS DE ANOUAR ALAMI :

Anouar Alami a fait ses études à l’École Spéciale d’Architecture à Paris. Après quelques stages et collaborations, il obtient son diplôme d’Architecte en 2009 puis l’HMONP la même année. Il intègre ensuite l’École Nationale des Ponts & Chaussées où il poursuit un 3e cycle en Urbanisme et Politique Urbaine pendant deux ans. 

Après un passage de six mois au ministère de la ville à Paris, il rejoint début 2012 le Cabinet Guerin & Pedroza Architectes. En 2014, il s’installe à Casablanca et crée le Cabinet Archi+.

ARTICLE PAR
CRÉDIT PHOTO

Les plus lus

# à lire aussi

Nouvelle Gare Routière – Rabat

La nouvelle gare routière de la ville de Rabat,...

Open Call : Lancement des Restaurant & Bar Awards 2024

Pendant plus de quinze années consécutives, les Restaurant &...

Réhabilitation de la décharge de Sidi Moumen – Casablanca, Maroc

La réhabilitation de la décharge de Sidi Moumen à...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page!