24.8 C
Casablanca
samedi 17 avril 2021

Au Nom des miens

Visiter les vestiges de sa vie

icone
Hassan Bourkia

Le Comptoir des Mines Galerie se verra accueillir l’exposition de Hassan Bourkia « Au Nom des miens », du 12 Décembre au 27 Février 2021. Soulignant la lumière de chacune de ses nuits noires, faisant écho a ses propres émotions et peut-être même aux vôtres, il célèbre les écueils de nos vies et les rencontres imprévues.

L’artiste nous invite à parler à nos blessures, à nos écorchures et à nos brisures. Il nous invite à les écouter, parce qu’une fois parvenues à nous, elles ont tant de choses à raconter.

Dans cette grande exposition, l’artiste livre plusieurs fragments de sa vie, ses souvenirs, les traces de sa famille, ses drames et ses célébrations du vivant. Il témoigne de quand la tristesse nous caresse, quand on laisse glisser sur nous l’amour telle une thérapie, quand on est inondés de poésie. Il nous raconte son abandon dans les sentiers de ses errances avant d’envisager sa délivrance.

Hassan Bourkia vogue sur l’océan de son inconscient, accepte les chagrins présents et ceux du passé, et se laisse le temps de les comprendre avant de les dépasser. Il saute dans les vertiges de son humanité et contemple les milliers de couleurs dont regorge sa vulnérabilité.

Parce qu’il n’y a rien de plus universel que l’imperfection et la fluctuation des émotions, l’artiste dresse des passerelles subtiles entre son histoire personnelle et celle du monde. Il célèbre nos vulnérabilités, celles qui sont si difficiles à assumer, qui nous font rougir ou pâlir, balbutier ou trébucher, tout en contribuant à poétiser notre beauté.

« Il n’y a pas de plus difficiles constats que ceux subis dans sa propre chair comme une injustice du destin, et c’est dans le creux du corps que naît la révolte. », aime dire Bourkia. Nos fragilités, nos faiblesses irraisonnées, nos intimes gravités donnent du mouvement a notre âme, du relief a notre identité, de la prégnance a notre existence.

Bourkia avait souhaité en 2014 quitter un peu le devant de la scène et prendre du recul pour aborder de nouvelles recherches. On a parfois le droit de s’isoler du monde et de s’extraire du temps, pour s’écouter, se consoler, pour laisser s’exprimer nos émois et les subtilités de notre sensibilité.

Alors à votre tour, laissez la lumière rentrer dans les toutes petites fenêtres de vos fragilités et éclairer votre humanité.



Informations pratiques :

Le Comptoir des mines Galerie  Du 12 Décembre au 27 Février 2021

Pour plus d’infos, cliquez ici.

icone
Kenza El Idrissi
icone
Le Comptoir des Mines Galerie
Article précédentL’oeuvre en mouvement
Article suivantMalika Agueznay, comme en 68

DERNIERS ARTICLES //

DEVENEZ CONTRIBUTEUR

La rédaction de A+E vous offre la possibilité d’exercer votre plume au service de vos domaines de prédilections...

X