Gare Casa-Port – Casablanca

FRAGMENTS DE NATURE ORIGINELLE

Bertrand Houin

La gare Casa-Port fait indéniablement partie des projets les plus marquants du renouveau de l’architecture casablancaise. L’architecte paysagiste Bertrand Houin a tenu à assigner à ce projet une lecture minimaliste imprégnée des composantes botaniques originelles de la plaine de la Chaouia.


Situé à l’extrémité du boulevard Houphouet Boigny (ex 4e zouave), en entrée sur le port, le parvis de la gare s’installe en bordure du premier boulevard casablancais, dessiné par JCN Forestier, réalisé en 1922 afin de relier magistralement le port (l’entrée principale sur la ville) à la place de France. Les alignements de palmiers (Phoenix canariensis) du boulevard sont prolongés ainsi que son gabarit de trottoir et de rambla centrale tandis que le parvis d’entrée sur le hall de gare laisse place à une présence végétale au sol plus forte par la mise en place d’un jardin en pente. Il s’agit ici de mettre en valeur les différentes com¬posantes botaniques originelles du territoire de Casablanca.

Bien qu’installé au bord de l’océan atlantique, le territoire de Casablanca bénéficie encore d’une influence du climat méditerranéen. Steppe (milieu composé essentiellement d’herbacées), mattoral (garrigue, milieu composé d’herbacées et d’arbustes) et forêt sclérophylle (forêt sèche, milieu composé d’herbacées, d’arbustes et d’arbres) constituent ses écosystèmes originels.

Gare de Casa Port à Casablanca, Maroc

L’intervention paysagère permettra ici, à l’image d’un grand cabinet de curiosité ouvert à des milliers de visiteurs, de montrer ces différents milieux par la mise en place d’un vaste tapis reprenant des fragments de cette nature originelle. La strate herbacée de chaque écosystème est mise en exergue sous forme de carrés de plantation composés de différentes espèces sélectionnées dans chaque milieu, il s’agit de sculpter une masse végétale à partir d’un dessin extrêmement précis. Les plans montrent une dimension extrêmement technicienne de cette composition qui aboutit à un résultat naturaliste.

Le très grand artifice utilisé ici procure l’illusion d’un milieu vivant, riche et complexe. Cette composition miniaturisée d’un milieu vivant relève véritablement d’une approche paysagère et d’un travail sur la matière végétale. La qualité du résultat, fruit d’une connaissance scientifique alliée à une recherche plastique, tient à la cohérence du milieu obtenu.

En aucune manière, il ne s’agit ici de l’avatar d’un jardin botanique conçu dans un but didactique mais plutôt d’une démonstration plastique de la qualité des végétaux endémiques et économes dans la composition d’un jardin sur le territoire de Casablanca.

Fragment de natures, ce jardin est le manifeste d’une pensée économe à répandre sur les parcs et jardins urbains.


FICHE TECHNIQUE

MAîTRISE D’OUVRAGEOFFICE NATIONALE DES CHEMINS DE FER
ARCHITECTE PAYSAGISTEATELIER BERTRAND HOUIN
SITUATIONCASABLANCA – MAROC
SURFACE COUVERTE1 HECTAR
LIVRAISON2014
COUT2,5 MAD HT

ARTICLE PAR Atelier Bertrand Houin
CRÉDIT PHOTO Baptiste de Ville D’Avray

Les plus lus

# à lire aussi

Nouvelle Gare Routière – Rabat

La nouvelle gare routière de la ville de Rabat,...

Réhabilitation de la décharge de Sidi Moumen – Casablanca, Maroc

La réhabilitation de la décharge de Sidi Moumen à...

Faculté de médecine et de pharmacie – Tanger

À l’entrée stratégique de Tanger, le projet de la...

Institut du médiateur du royaume – Rabat

Situé à Hay Riad, l’édifice, conçu par les architectes...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page!