L’école centrale de Casablanca – El Haleq Mohamed Kamal

L’ECOLE DANS LA FORÊT

El Haleq Mohamed Kamal

Par ce projet, Mohamed Kamal El Haleq porte un regard des plus poétiques sur la relation qui unit l’Homme et la forêt. Mettant en avant la corrélation qui existe entre eux, le projet s’organise par le biais d’une voie centrale. Cet élément, s’apparente d’un côté à la colonne vertébrale de l’Homme et ses connexions nerveuses qui relient tous ses organes, et de l’autre au tronc de l’arbre auquel se rattache son feuillage. L’architecte s’est appliqué à comprendre le contexte donné, à saisir ces détails, ces brides de vies volées au détour d’une conversation, d’un regard, traduisant ainsi, les raisons profondes de ce projet.


Inséré en périphérie de la Forêt de Bouskoura, le projet se fond dans la masse des arbres. Fusionnant avec son espace, l’École Centrale de Casablanca est en parfaite symbiose avec son environnement. Prenant son élan dans la forêt, en prolongement d’une allée existante entre les arbres, un chemin piéton dessert les différents espaces. Il forme la colonne vertébrale du projet. Ce dernier sculpte deux entités ; le bloc pédagogique et la résidence étudiante. C’est sur la partie inclinée du terrain que s’organise le bloc pédagogique, prédisposé à profiter des vents réguliers, rafraichissant l’espace naturellement.

Cette pente permet une ascension sur trois niveaux, offrant ainsi un projet compact, facile à distribuer. Par leurs portées, variant entre sept et quatorze mètres, de grands porte-à-faux génèrent une symphonie d’ombres sur les façades. Défiant la gravité, ils symbolisent le défi relevé par les ingénieurs en permanence, dans un souci d’innovation.

L’utilisation de dalles alvéolaires et de structures métalliques permet le franchissement des grandes portées, et libère ainsi les espaces intérieurs des blocs, les rendant ainsi facilement réaménageables, sans contrainte structurelle.

L’espace a pour ambition de devenir le lieu du possible en se libérant d’un maximum de contraintes. Il devient à l’image d’une scène de théâtre, ouvert aux différentes interprétations, évoluant selon les besoins de ses usagers. S’inspirant des ramifications des branches d’arbres le long du tronc, et des feuilles le long des branches, les volumes s’organisent autour d’un grand atrium. Ce dernier communique visuellement avec le jardin intérieur, se trouvant un niveau en dessous.

Un immense toit parasol, poinçonné de moucharabieh en aluminium, filtre la lumière du soleil et en laisse passer quelques rayons, faisant de la partie centrale du lieu un véritable poème en prose. Cet élément architectural protège également de la chaleur et de la pluie, permet la ventilation naturelle des lieux et vient par son allure marquer l’horizon. En plus, L’intégration des doubles vitrages et des doubles cloisons, permet de limiter les surchauffes et les déperditions thermiques, réduisant ainsi la consommation d’énergie pour la climatisation.

La nuit, ce paysage protégé est une oasis de lumière sous une toiture étoilée. L’espace résidentiel occupe la partie basse du terrain, et accueille les logements pour les étudiants, les enseignants et pour les personnes à mobilité réduite. Il forme l’extension quasi-naturelle du bloc pédagogique, s’organisant également autour de la même colonne vertébrale, faisant du tout un seul et même corps. Et comme, rien n’est plus semblable à l’identique que ce qui est pareil à la même chose (pour reprendre les mots de Pierre Dac), l’espace résidentiel, composé de plusieurs blocs, s’organise d’une manière plus fluide et plus organique, à l’inverse du bloc pédagogique ordonné de façon orthogonal. Incarnant un esprit de détente et d’évasion, il se matérialise par l’organisation des blocs autours de ruelles sinueuses.

l'école centrale de Casablanca
© Alessio Mei

Par le choix du revêtement des façades en bois, la composition et les arbres qui les entourent, on croit voir au loin, des cabanes dans les bois. Intégrer est une mission qui réclame tout à la fois, de la justesse, de l’équilibre et de l’audace.

Par son approche sensible du lieu, le projet mène une profonde réflexion sur la question de la « modernité » au XXIe siècle. L’architecture ne saurait se réduire à une matière ou une forme sans aspérité, sans signification. Le lieu étant la base de chaque conception, l’architecte trace son chemin au fil des yeux et des pages, une sorte de déambulation dans l’espace et dans le temps, rythmée par les projets et leurs histoires particulières.


FICHE TECHNIQUE


MAITRISE D’OUVRAGE
MINISTÈRE DE L’INDUSTRIE, DE L’INVESTISSEMENT, DU COMMERCE ET DE L’ÉCONOMIE NUMÉRIQUE
ARCHITECTESAGENCE EL HALEQ MOHAMED KAMAL ARCHITECTE (MANDATAIRE), AGENCE LEAD ARCHITECTURE, AGENCE GOLHEN, AGENCE MAP
LIVRAISON
JUIN 2021
SURFACE COUVERTE
24 550 M²
COÛT215 000 000 DHS

A PROPOS DE:

El Haleq Mohamed Kamal a suivi sa formation à l’École Nationale d’Architecture de Rabat. À partir de sa quatrième année, il entame un stage à mi-temps au sein de l’agence d’architecture « Concept 4 ». Diplômé en 2010, il est aussitôt promu chef de projet dans cette même agence.
Deux ans après, il ouvre son cabinet à Rabat et travaille sur des projets d’équipements (écoles et mosquées), de plateaux bureaux et de résidences individuelles et collectives. Participant au concours international, pour la création de l’entité Marocaine de l’École Centrale de Paris dans la ville verte de Bouskoura, le Groupement El Haleq (regroupant son agence, l’agence Lead, l’agence Golhen et l’agence MAP) décroche le premier prix. Aujourd’hui, cette école de renommée internationale, a une capacité d’accueil de plus de 600 étudiants.


GALERIE PHOTO DU PROJET


ARTICLE PAR Kenza EL IDRISSI
CRÉDIT PHOTO Alessio MEI

Les plus lus

# à lire aussi

Musée Jean Cocteau : comme une évidence

L’architecture minérale du futur musée Cocteau décline le thème...

Boutique Zazz – Québec

L’agence créative pluridisciplinaire Hatem+D signe l’ensemble de la conception...

Maison Brummell – Marrakech

Toute la splendeur de l’architecture arabe est confinée au...

Unité industrielle Casablanca Aéronautique 3 – 1ère usine décarbonée – Casablanca

La première usine décarbonée au Maroc dans le secteur...