HEADER

Accueil ART & CULTURE ACTUALITES Outsiders / Insiders? , la nouvelle exposition du MACAAL

Outsiders / Insiders? , la nouvelle exposition du MACAAL

HYBRIDATION CULTURELLE

MACAAL

Le Musée d’Art Contemporain Africain Al Maaden (MACAAL), Marrakech, a le plaisir d’annoncer Outsiders/Insiders? Artistes d’Essaouira des collections Fondation Allian ces et Fundación Yannick y Ben Jakober, une exposition collective ouverte au public du 11 mars au 25 juillet 2021.

Outsiders/Insiders? présente une vaste sélection d’œuvres d’artistes singuliers d’Essaouira des collections de la Fundación Yannick y Ben Jakober/Museo Sa Bassa Blanca et de la Fondation Alliances parmi lesquels Mohamed Tabal, Ali Maimoun, Regragui Bouslai et Abdelmalek Berhiss. À travers une variété de médiums, d’oeuvres inédites et d’archives, Outsiders/Insiders? tente de révéler comment cette petite ville portuaire aux influences multiples est devenue le terreau d’une scène créative atypique.

AU RYTHME DU MONDE

Musique, légendes, art, artisanat, religion, mythes, poésie, architecture, cultures multiples et traditions sont autant de thématiques liées à Essaouira. Anciennement nommée Mogador par les Portugais, cette ville portuaire se situe au carrefour des civilisations. Empreinte au fil des siècles des cultures arabe, juive, berbère et subsaharienne, il s’agit d’un laboratoire de coexistence culturelle dans lequel la création se déploie librement.

Les artistes souiris sont inclassables et hétéroclites. Sans formation académique, natifs d’un territoire n’ayant jamais été influencé par les écoles des Beaux-Arts, ils puisent leur inspiration dans les références multiples que concentre la ville. Ces créateurs autodidactes ont ainsi réussi à générer une iconographie et une plasticité singulière. Leur peinture est tout à la fois instinctive et réfléchie, simple et riche, mystérieuse et éloquente. Leurs œuvres ont en commun la fluidité de la courbe, la profusion des formes et la richesse des couleurs. Les mouvements ondulatoires répétés inspirés conjointement de l’eau, du souffle, de la musique et de la transe font apparaître pêle-mêle formes anthropomorphes, créatures oniriques et symboles protecteurs. Art du mouvement perpétuel et de la régénération constante des formes, ces œuvres ouvrent la porte à un monde mystérieux, mystique, d’une grande complexité.

« La plupart de ces artistes invoquent des forces surnaturelles dont ils ne seraient que les jouets ou les instruments. Ils se mettent dans un état semi-conscient qui les rend réceptifs à des énergies qui les dépassent. On mettra évidemment ce mode d’inspiration en relation avec les courants religieux qui se sont entrecroisés à Essaouira, notamment le soufisme, l’animisme, et les rituels importés par la diaspora noire, dans lesquels la transe et la magie jouent un grand rôle. » Michel Thévoz, écrivain, historien de l’art, philosophe, conservateur de la Collection de l’Art Brut (Lausanne).

L’ESPRIT DES FORMES

Qu’ils soient inspirés par l’architecture, le multiculturalisme, la religion ou l’environnement, le travail de ces artistes entre en forte résonnance avec la ville d’Essaouira. Par leur démarche et leur pratique, certains artistes souiris se font les conservateurs des traditions et rites ancestraux. Chercheur et conservateur du Musée des Arts Populaires d’Essaouira, Boujemâa Lakhdar introduit dans ses sculptures des figures géométriques ciselées remontant aux sources même de ce graphisme symbolique en interrogeant les livres de magie populaire. Initié aux pratiques des anciens artisans par le biais de l’observation participative, il a su maîtriser et faire la synthèse de leur savoir ancestral, transposé au sein de compositions artistiques fort savantes. En peinture, Ali Maimoun puise son inspiration dans les sujets du quotidien, y intégrant des figures issues des mythologies africaines. Il se fait ainsi le témoin du patrimoine traditionnel, de ses coutumes et ses rites, auxquels il apporte sa touche personnelle. Puisant dans leur propre vécu, d’autres artistes utilisent leur environnement comme point de départ. Initié très jeune au culte gnaoua, Mohamed Tabal transpose ses rythmes en véritables chorégraphies picturales. Narrative, sa peinture raconte aussi bien les fêtes et rituels gnaoua que la vie quotidienne dans toute sa richesse et sa diversité. Conteur visuel poétique, Regragui Bouslai vient de la tradition des expressions orales. Ses œuvres fantasmagoriques ont une naiveté douce qui suggère que le monde qu’il peint est son Eden.

Bien que discrète, la création au féminin n’est pas en reste. Outsiders/Insiders? met en lumière le travail de Regraguia Benhila, figure de proue féminine de ce mouvement pictural informel. Libre et singulière, elle invite à un spectacle scénographique surchargé de lignes fluides et sinueuses. Les figures schématiques qui en émergent sont telles des résurgences oniriques d’une mémoire ancestrale.

Originaire de la région de Marrakech, Abdelkader Bentajar fait figure d’exception parmi ces natifs d’Essaouira. Pourtant, ses peintures oniriques sont imprégnées des couleurs traditionnelles de la ville. Le bleu et le blanc de ses œuvres se mélangent et construisent des océans limpides et des nuages peuplés de personnages et de créatures imaginaires.

DE L’OEUVRE À L’ESPACE

Grâce à une lecture plus contemporaine de ce mouvement artistique, l’exposition propose à travers une scénographie immersive réalisée par l’architecte et artiste marocain Othmane Bengebara, une véritable invitation au voyage dans l’univers frénétique et surréaliste de ces artistes. « Loin du satisfecit ou de la complaisance, cette escale est et restera le marqueur d’un espace et d’un moment qui sont ceux d’un Maroc définitivement curieux, ouvert à la diversité et réconcilié avec toutes les formes de la contemporanéité. Un Maroc qui sait désormais reconnaítre et accepter ce mouvement de la vie qui ne s’est jamais mieux exprimé que par la liberté de créer. » André Azoulay, journaliste, économiste et homme politique, Conseiller de S.M. le Roi du Maroc.

PROGRAMMATION CULTURELLE

L’exposition Outsiders/Insiders? s’accompagnera d’un programme éducatif et culturel riche comprenant des visites scolaires et visites guidées (sur réservation), des conférences, des rencontres avec artistes, artisans et acteurs culturels, des ateliers créatifs et des projections. Des journées portes ouvertes auront lieu les samedi 13 et dimanche 14 mars, de 10h à 18h. Dans la lignée de sa volonté de transmission, de partage et de diffusion de l’art et afin de la rendre accessible à un public élargi, le MACAAL a également initié un partenariat avec la ville d’Essaouira et ses acteurs culturels pour réaliser une partie de la programmation culturelle de l’exposition au sein de la ville.

ARTISTES EXPOSÉS

Abdelghani Htihet – Abdelmalek El Kebir – Hamou Ait Tazarin – Youssef Ait Tazarin – Rachid Amarhouch – Boujemâa Lakhdar – Ali Maimoun – Mustapha Asmah – Abdelghani Ben Ali – Ali Ben Allal Didouh – Regraguia Benhila – Abdelkader Bentajar – Said Ouarzaz – Redouan Khalid – Azzedine Sanana – Mohamed Tabal – Abdelmalek Berhiss – Brahim Trifis – Regragui Bouslai – Abdellah El Atrach – Abderramane Ziani – Mohamed Zouzaf – Mustapha El Hadar.


Visual Portfolio, Posts & Image Gallery for WordPress

À PROPOS DE LA COLLECTION FUNDACIÓN YANNICK Y BEN JAKOBER

Yannick Vu and Ben Jakober sont un couple d’artistes et collectionneurs. Respectivement peintre et sculptrice franco-vietnamienne et sculpteur autrichien, Yannick et Ben Jakober pensent et créent leurs æuvres ensemble depuis 1992. Leurs réalisations font partie de nombreuses collections publiques et privées à travers le monde. Le couple vit actuellement entre l’íîle espagnole de Majorque et Marrakech.

Philanthropes et fervent défenseurs des Arts et de la Culture, Ben et Yannick Jakober sont à l’origine d’une fondation d’art et du musée msbb, situés près d’Alcudia sur l’île de Majorque, en Espagne. Créée en 1993, c’est une institution culturelle privée à but non lucratif qui se consacre principalement à la préservation et à la restauration du patrimoine historique. En outre, elle encourage le développement des beaux-arts en général, par l’expo sition d’æuvres d’art, la diffusion et la connaissance de la matière, les échanges artistiques et la mise en euvre d’activités de médiation. D’abord connue pour ses portraits de maîtres anciens d’enfants du XVle siècle au XIX siècle, classés comme patrimoine historique, la collection du musée s’est récemment étendue avec la création d’un parc de sculptures monumentales.

Parmi les multiples œuvres qui composent leur collection, celles des artistes peintres de la région d’Essaouira tiennent une place autrement importante. Elles témoignent d’un atta chement particulier à cette région côtière du Maroc et sa culture métissée. La part marocaine de leur collection compte plusieurs centaines d’œuvres, principalement des peintures et sculptures, et représente les principaux artistes de l’École d’Essaouira, parmi lesquels Mohamed Tabal, Boujemâa Lakhdar, Ali Maimoun, Regragui Bouslai, Abdelmalek Berhiss, Houssein Miloudi et Abdellah El Atrach. Au-delà des tableaux, ils collectionnent également les tapis traditionnels aux couleurs vives tissés par les femmes souiries.

À PROPOS DU MACAAL ET DE LA FONDATION ALLIANCES

Le Musée d’Art Contemporain Africain Al Maaden de Marrakech est un musée d’art contemporain indépendant à but non lucratif. L’un des premiers du genre sur le continent, le MACAAL est dédié à la promotion de l’art contemporain à travers les différents programmes d’expositions et de médiation qu’il propose et qui lui permettent de cultiver l’intérêt de larges publics. Outre sa collection permanente, les expositions mettent en lumière un art qui ouvre le dialogue avec le continent et présentent aussi bien des artistes africains et internationaux, établis et émergents. Le Musée favorise ainsi la compréhension de l’art contemporain et révèle l’énergie créatrice et la diversité culturelle caractéristiques du continent.

Créée en 2009, la Fondation Alliances est une association à but non lucratif adossée au Groupe Alliances, premier opérateur immobilier intégré au Maroc, ayant pour vocation d’accompagner par des actions concrètes le développement social et culturel du Maroc. Elle défend l’idée d’un art accessible à tous en développant une médiation culturelle importante en faveur de tous les milieux sociaux et participe ainsi au rayonnement de l’art contemporain marocain et africain à travers une approche exigeante.

Outre le MACAAL, la Fondation Alliances est à l’origine de cinq autres initiatives :

• Le Parc de Sculptures Al Maaden : inauguré en septembre 2013, le Parc de Sculptures Al Maaden abrite des sculptures monumentales réalisées par des artistes marocains et internationaux et exclusivement conçues pour le site d’AL Maaden, à Marrakech.

• Lancé en 2013, le Lcc Program, initialement nommé La Chambre Claire, est un rendez-vous annuel destiné à soutenir la photographie contemporaine à travers la promotion et l’exposition d’un artiste émergent. Le Programme Passerelles favorise l’engagement auprès de la jeunesse locale à travers des ateliers et des cours d’art contemporain ainsi que des visites de musées. Le programme sert d’intermédiaire entre le public local et la sphère culturelle au sens large.

• Le MACAAL Residence est un programme de résidence de recherche et de production inauguré en 2019.

• Le MACAAL Bootcamp est un programme de formation intensive destiné aux jeunes professionnels du monde de l’art en Afrique, comprenant une série de workshops, masterclass et travaux en équipe encadrés par des professionnels du secteur reconnus.


INFORMATIONS PRATIQUES

MACAAL, Marrakech Du 11 mars au 25 juillet 2021

Pour plus d’infos, cliquez ici.

icone
Communiqué de presse
icone
- Advertisment -
[]

[]

Usine Serraj – Casablanca

Congo Biennale 2022

Ecole Chénier – Rabat