Mohamed El Baz explore la lumière noire

MOHAMED EL BAZ

Mohamed El Baz a exposé à la galerie d’art L’Atelier 21 une série d’œuvres récentes, s’inscrivant dans son projet « Bricoler l’incurable ». L’exposition s’est déroulée du 19 mars au 13 avril 2019. Détails. 

Avec cette nouvelle série, Mohamed El Baz interroge la notion de lumière noire, un oxymore à la réalité pourtant bien palpable. En effet, cette lumière, qui peut sembler inutile, révèle toutefois des choses invisibles, à la manière d’une radiographie dévoilant ce que l’œil nu ne peut percevoir. Les œuvres de l’artiste proposent, comme la lumière noire, de rendre visible certaines sensations liées à l’art et à la réalité humaine. 

Mohamed El Baz donne également à voir des constats, des arrêts sur image, sur sa pratique artistique, s’interrogeant sur la manière dont celle-ci est en résonance avec la vie et le monde qui nous entoure. Mohamed El Baz place donc au centre de son œuvre le rôle de l’artiste et de sa place dans la société ; notion qu’il développe inlassablement dans les fragments de son projet « Bricoler l’incurable ». 

Cette nouvelle série, qui se caractérise par l’exposition pour la première fois de peintures de l’artiste, tire son origine du Procès de Franz Kafka, tant dans l’œuvre écrite que dans son adaptation cinématographique par Orson Welles. Un procès qui donne à voir l’impossibilité d’un homme à vivre pleinement sa vie s’il ne se plie pas à des contraintes sociales. Et quand il tente de s’y adapter, les mécanismes de soumission le rejettent. 

Tout comme Kafka, Mohamed El Baz réagit par l’œuvre à une société à la fois complexe et hostile. Il exprime le désarroi à travers une série d’œuvres, en apparence diversifiées mais résolument unies par un fil conducteur qui renvoie à la société, à la famille et à la culture.

ARTICLE PAR LA REDACTION
CRÉDIT PHOTO MOHAMED EL BAZ

Les plus lus

# à lire aussi

Sidi Ali x Hassan Hajjaj Larache: Une collaboration haute en couleur et en solidarité

Dans une fusion à la fois inattendue et résolument...

Rabat la ville nouvelle – guide d’architecture 1914-1990 de Abderrahmane Chorfi

Fruit de plusieurs années de travail et de recherches,...

Rosebud, une exposition florale signée Najia Mehadji

L’artiste plasticienne Najia Mehadji réinvestit la galerie d’art L’Atelier...

Cuisine, recettes d’architecture de Catherine Clarisse

Pour gagner du temps, il faut perdre de l'espace....