Parc Olympique – Montréal, Canada

Lemay et LumiGroup font rayonner le cœur battant du Parc Olympique

Lemay & LumiGroup

La firme d’architecture et de design Lemay et l’agence-conseil en éclairage LumiGroup ont conjugué leurs expertises et transformé un secteur partiellement sous-exploité du Parc Olympique de Montréal en un environnement de travail lumineux, chaleureux et dynamique, poursuivant ainsi leur collaboration de longue date. Le mandat était d’aménager des bureaux qui regrouperaient tous les départements administratifs et logistiques du Parc Olympique en un seul lieu afin de rendre les prises de décisions plus rapides.


ÉTATS DES LIEUX

Suite aux premières visites et aux études volumétriques du local à réaménager un vaste local elliptique s’étendant en longueur sous l’esplanade du Stade Olympique, bordé d’un mur-rideau sur l’avenue Pierre-De Coubertin plusieurs observations ont été notées, observations qui ont par la suite guidé l’équipe de conception tout au long du projet.

« Au premier coup d’œil, il était évident que l’éclairage jouerait un rôle crucial dans la réussite de ce projet, la conception de l’éclairage radial venait mettre l’emphase sur l’architecture du lieu et sa mise en lumière. LumiGroup a été un joueur clé dans la réalisation du concept de l’éclairage », explique Ramzi Bosha, Architecte chez Lemay.

L’emplacement des futurs bureaux, en recul de plusieurs mètres sous l’esplanade, était privé de lumière naturelle, malgré la fenestration abondante. L’endroit était sombre et on ne ressentait pas l’ampleur de la hauteur sous plafond. D’autre part, la vue directe sur la rue était intéressante sur le plan communautaire et l’architecture existante et unique était inspirante. Les architectes ont pris le parti de miser sur ces atouts en connectant organiquement l’intérieur et l’extérieur et en basant leur aménagement sur l’importante présence de la structure en rayons rattachant le mur-rideau à l’intérieur du bâtiment pour la mettre en scène, en valeur et en lumière.

D’UNE ZONE À UNE AUTRE

L’accueil comprend des salles de réunion vitrées fermées, un vestiaire dissimulé et des écrans. Certains murs de verre peints en blanc peuvent servir de tableau lors d’événements ou de réunions. Le plancher de béton d’origine a été restauré, puis repoli. Sur certains murs, des lattes de bois réchauffent l’espace. On peut aussi redécouvrir à cet endroit des chaises Lotus remises à neuf, conçues pour Artopex par Paul Boulva en prévision des Jeux olympiques de Montréal en 1976. En surplomb, des luminaires à la fois encastrés et suspendus évoquent la vitesse, le mouvement.

« Concevoir des luminaires en partie encastrés, en partie suspendus est une idée formidable, mais très complexe à réaliser parce qu’elle implique la coordination de plusieurs corps de métiers et nécessite une précision extrême », renchérit Thomas-Martin Girard, de LumiGroup.

L’espace principal a été séparé en zones, logeant chacune un secteur d’activité distinct : services financiers et juridiques, ressources humaines et construction, auxquelles on a attribué l’une des couleurs de l’image de marque du Parc, correspondant à celles des anneaux olympiques. Les points de passage entre ces zones ont été peints en entier : plancher, murs, plafond, et sont éclairés par des bandes DEL ton sur ton. Quand on entre dans une nouvelle zone, on traverse son entrée colorée et on s’imprègne de sa vibration, de son énergie. Une fois passé dans la zone, l’espace retrouve une neutralité propice à la concentration. Quand on traverse le programme sur une longue distance, les couleurs appellent le mouvement de l’une à l’autre, elles invitent l’usager à passer à la zone suivante. Le long du mur-rideau, les espaces sont ouverts, plus conviviaux. Ils favorisent la collaboration, le travail d’équipe, les activités interactives. Plus on s’éloigne des fenêtres, plus les zones deviennent intimes, feutrées, accueillant des espaces fermés, des cabines acoustiques, des coins de collaboration semi-fermés. Même dans les espaces de travail plus privés, le client souhaitait décloisonner au maximum, ce qui impliquait en contrepartie un traitement approprié de l’acoustique. On a donc installé tout un réseau de lattes de feutre en hauteur auquel l’éclairage en rayons devait s’intégrer. À la cafétéria, les mêmes luminaires ont dû être intégrés au plafond de toile tendue blanc réfléchissant un autre défi de taille.

Aux extrémités de la zone principale, les murs ont été entièrement recouverts de miroir, créant l’illusion d’un espace décuplé à l’infini. L’effet rappelle celui des luminaires signatures du projet qui se reflètent sur les vitres du mur-rideau, donnant l’impression de jaillir de l’espace vers l’extérieur.

DES LUMINAIRES À FORTE PERSONNALITÉ

L’une des idées fondamentales des architectes pour ce projet était de traduire le travail passionné des gens du Parc Olympique pour le faire rayonner dans la communauté et le site présentait lui-même une structure en rayons. En partenariat avec LumiGroup, ils ont pu concevoir des luminaires à forte personnalité qui se multiplient à travers l’espace et se déploient comme en large faisceau. Partant de l’intérieur du bâtiment et s’étirant en ligne droite jusqu’au mur-rideau, le nouvel appareillage lumineux de la zone principale fusionne avec la structure organique existante, soulignant et renforçant ses lignes et sa forme. De l’extérieur, les traits de lumière happent les passants, attirent leur regard vers l’intérieur.

« Le projet en soi comportait des contraintes techniques inhabituelles liées au site bétonné qui bouge selon les variations de température, en particulier l’hiver, sous l’effet du froid. Il fallait des appareils résilients, surtout à proximité du mur-rideau. On a dû développer un modèle d’attaches permettant un mouvement de quelques centimètres. Il a aussi fallu concevoir des luminaires en partie encastrés, en partie suspendus; une idée intéressante mais très complexe à réaliser, parce qu’elle implique la coordination de plusieurs corps de métiers et nécessite une précision extrême », explique Thomas-Martin Girard, conseiller en éclairage et associé chez LumiGroup. Pour concrétiser la vision de l’équipe d’architectes en respectant les contraintes budgétaires, il a fallu faire preuve de solutions innovantes. Par exemple, tous les anciens luminaires réutilisables ont été intégrés aux espaces fermés, moins à la vue, réduisant coûts et gaspillage, ce qui a permis d’aller plus loin dans les espaces ouverts plus achalandés. Il fallait convaincre un manufacturier de modifier ses appareils existants pour en faire une version « plus ou moins sur mesure » — un défi que l’équipe de LumiGroup a su relever.

« Les gens de LumiGroup sont créatifs, méticuleux et n’ont pas peur de sortir des sentiers battus. Avec eux, on peut aller très loin dans la création parce qu’ils sont capables d’envisager les choses autrement. Pour réaliser une idée audacieuse, ils sont les alliés parfaits », conclut Nadine Chartouni.

FICHE TECHNIQUE DU PROJET

MAITRE D’OEUVRE Lemay
LIEUMontréal
PHOTOGRAPHEClaude-Simon Langlois

GALERIE PHOTOS DU PROJET

ARTICLE PAR V2COM
CRÉDIT PHOTO Claude-Simon Langlois
SourceV2COM

Les plus lus

# à lire aussi

Rénovation de la bibliothèque du Cégep – Saint-Jean-sur-Richelieu, Canada

Le Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu a mandaté Archi- dans le but...

Résidence la Vallée de l’Hudson – Germantown, États-Unis

La Résidence la Vallée de l'Hudson est une maison...

Chapelle et club d’éoliennes thermodynamiques – Medjurecje, Monténégro

Margot Krasojević Architects dévoile fièrement un projet visant à...

Résidence McPherson – Lac-Brome, Canada

La Nony FAMILI est fière de présenter son projet...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page!