AMINE AHLAFI – L’ARCHITECTURE, UN DIALOGUE ENTRE ESPACE NATUREL ET FONCTION

COLLECTOR DES ARCHITECTES ÉMERGENTS - VOLUME II

Amine Ahlafi

Pour Amine Ahlafi, l’architecture est un dialogue permanent entre l’espace naturel caractérisant le site et la fonction exprimée à travers les éléments programmatiques du projet et ce avec le souci de la durabilité en filigrane.

En s’imprégnant de l’espace et en l’analysant, l’image d’un projet unique et sur mesure commence à se construire. Cette idée maitresse se décline sur tous les plans du projet (fonctionnel, volumétrique et sensoriel) et lui attribue une identité particulière.


1 // LE CAFÉ DU PARC DE LA LIGUE ARABE – CASABLANCA

Implanté dans le parc de la Ligue Arabe, un espace public ancré dans la mémoire collective casablancaise. Ces cafés animent la promenade et proposent au visiteur un lieu de détente et de rencontres dans un cadre idyllique.

Conçu pour être à la fois sobre et attrayant, le café s’intègre parfaitement dans le paysage dans lequel il s’inscrit. Ses formes linéaires rappellent le tracé de base du parc de la Ligue Arabe lui-même inspiré des jardins arabo-andalous connus pour leur géométrie. Cette forme, en contraste avec l’aménagement organique de la végétation, la fait ressortir davantage et s’incline devant la dominance de la nature qui l’entoure. Il s’agit d’un espace extraverti, ouvert sur le parc à travers de grandes baies vitrées et des fentes qui cadrent le paysage. L’intérieur et l’extérieur sont confondus offrant à l’usager une immersion dans la nature tant recherchée par les habitants de la capitale économique.

Le plafond est réalisé en dalles en caissons brutes tantôt couvertes de plaques de plâtre, tantôt de miroirs reflétant les carreaux de ciment incrustés dans le sol tout en laissant apparaitre la trame de la dalle en damier.

Une casquette en acier perforée dépasse des quatre côtés de la toiture et couvre une terrasse à 360 degrés qui encadre le café. On reprend également ces perforations au niveau de la double peau en accordéon qui peut couvrir la baie vitrée ainsi que les portes et persiennes pour un jeu d’ombre et de lumière. Le choix de ces motifs que l’on retrouve au niveau des abris du tramway ainsi que dans d’autres éléments au sein de la ville, émane d’une volonté d’inscrire ce café, non seulement dans le paysage du parc mais également dans le paysage urbain du centre de la ville blanche pour une lecture architecturale et urbaine unifiée.

Café du parc de la ligue arabe, Casablanca

Les dispositions et le dimensionnement des ouvertures obéit à une volonté de cadrer les vues extérieures sur le parc et d’en profiter, aussi bien en position assise que debout. Ce qui permet un lien visuel permanent avec le jardin.


2 // LA MAISON DE LA CEINTURE VERTE – RABAT

Le projet est une composante de la proposition déposée dans le cadre du concours pour l’aménagement d’accueil du public de la ceinture verte de Rabat. Accessible depuis l’allée principale de la promenade ou depuis un parking végétal aménagé, il s’agit d’une maison autonome qui prône la durabilité via diverses déclinaisons: concept, volume, structure et matériaux. La visite de l’espace est une expérience sensible inspirée de l’ambiance des forêts. Les vues sont cadrées à l’image des miradors.

La rampe paysagère traverse le bâtiment aussi bien sur le plan horizontal que vertical. Elle est tantôt extérieure et tantôt intérieure. Accessible au public, elle fonctionne indépendamment de la maison de la ceinture verte et donne accès à différents paliers de contemplation.

Ici, le langage architectural fait place au langage de la forêt : les matériaux naturels, pierres et bois venant accentuer cette perception.


3 // SIÈGE SOCIAL D’UNE GRANDE ADMINISTRATION


Le bâtiment dispose d’une façade principale longitudinale donnant sur une grande voie carrossable. L’objectif étant de dynamiser un volume marquant cette horizontalité tout en préservant la sobriété que requiert une administration et en levant toutes les contraintes liées aux dimensions de l’assiette foncière et à la conformité aux élé- ments programmatiques.

Le mouvement vertical vient briser cette horizontalité en encadrant la façade principale, de part et d’autre d’une couverture en pierre de Taza et en marquant l’entrée par une double peau en acier ajouré aux motifs inspirés de l’architecture marocaine.

Elle est bordée en bas par une succession de portiques en pierre de Taza au niveau de l’entrée principale et en haut d’une dalle ajourée revêtue du même matériau.

Un jeu de volumes et de hauteurs vient animer les façades arrières et intérieures abritant et habillant les fonctions « support », notamment l’espace restauration avec ses terrasses et son aménagement extérieur paysager.


4 // VILLA « N » – MARRAKECH

Située dans les environs de Marrakech, cette villa puise sa singularité dans une architecture traditionnelle introvertie.

La volumétrie résulte d’une imbrication de formes épurées auxquelles s’ajoutent des éléments architectoniques horizontaux et verticaux marquant la jonction entre les volumes et cadrant les ouvertures. Le ratio plein vide penche en faveur du plein à travers des façades quasi aveugles rappelant le concept d’introversion des riads marocains.

Des fentes verticales s’étalant sur les deux niveaux animent les façades et les espaces peu éclairés. Les baies vitrées et les fenêtres sont discrètement dissimulés par des murs ou des lucarnes accentuant le concept d’introversion et enrichissant le jeu de volumes. Revêtue de maçonnerie et de pierre locale d’Ourika, la villa s’intègre dans son environnement tant par l’architecture que par l’aménagement paysager composé d’espèces indigènes adaptées à la nature du site. La partie arrière du site offrant des perspectives sur l’Atlas, abrite tous les espaces récréatifs souhaités par les propriétaires : piscine, jardin, et aire de jeux pour enfants.


A PROPOS DE AMINE AHLAFI

Amine Ahlafi, Architecte

Architecte diplômé de l’École Nationale d’Architecture de Rabat, Amine Ahlafi est titulaire d’un D.E.A géographie urbaine de l’Université de Tours en France.

Il a un parcours professionnel atypique, il a commencé au sein du Ministère du Tourisme avant de rejoindre la CDG puis la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’Environnement. Il oeuvre depuis 2010 au sein de son cabinet d’architecture et de conseil en développement durable où se décline sa vision et ses approches conceptuelles à travers des projets à échelles différentes. Il est également vice-président de la Fondation Internationale de l’Education à l’Environnement et président de l’association Architecture et Développement au Maroc.


ARTICLE PAR LA RÉDACTION
CRÉDIT PHOTO

Les plus lus

# à lire aussi

Parc Olympique – Montréal, Canada

La firme d’architecture et de design Lemay et l’agence-conseil...

L’Embâcle – La Malbaie, Canada

S'inspirant des blocs de glace qui s’enchevêtrent par la...

Nouvelle Gare Routière – Rabat

La nouvelle gare routière de la ville de Rabat,...

La Casa K – Beyrouth, Liban

Le projet résidentiel Casa K a été mis en...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page!