L’architecte japonais Arata Isozaki est mort à 91 ans

Le monde de l’architecture vient de perdre un de ses grands disciples. Le célèbre architecte japonais Arata Isozaki, lauréat du prix Pritzker, est mort à l’âge de 91 ans vendredi 30 décembre 2022.


Le lauréat 2019, Arata Isozaki, est né à Ōita, île de Kyushu, au Japon, en 1931 avant le début de la Seconde Guerre mondiale. Il avait 14 ans quand Hiroshima et Nagasaki ont été bombardés. Son architecture repose sur la théorie selon laquelle, même si les bâtiments sont transitoires, ils devraient satisfaire les sens des utilisateurs qui les traversent et les entourent. « Quand j’ai eu l’âge de commencer à comprendre le monde, ma ville natale a été incendiée. Sur le rivage, la bombe atomique a été larguée sur Hiroshima. J’ai donc grandi près de zéro. C’était en ruine complète, et il n’y avait pas d’architecture, pas de bâtiments et même pas une ville. Seules les casernes et les abris m’entouraient. Ainsi, ma première expérience d’architecture a été le vide d’architecture et j’ai commencé à réfléchir à la manière dont les gens pourraient reconstruire leurs maisons et leurs villes ».

Crédit photo : Osamu Murai

Diplômé du Département d’architecture de la faculté d’ingénierie de l’Université de Tokyo en 1954, Isozaki a débuté sa carrière par un apprentissage sous la direction du lauréat du prix Pritzker 1987, Kenzo Tange. Il fonda Arata Isozaki & Associates en 1963, après l’occupation alliée, lorsque le Japon avait recouvré sa souveraineté et cherchait à se reconstruire physiquement au milieu des incertitudes politiques, économiques et culturelles de la décimation de la Seconde Guerre mondiale. «Afin de trouver le moyen le plus approprié de résoudre ces problèmes, je ne pouvais pas m’attarder sur un seul style. Le changement est devenu constant. Paradoxalement, cela est devenu mon propre style ». Son travail a débuté localement, avec de nombreux bâtiments dans sa ville natale.

Isozaki a démontré une vision mondiale qui était en avance sur son temps et a facilité un dialogue entre l’Est et l’Ouest. Il est devenu un chef de file international de l’architecture dans les années 1980, avec sa première commande à l’étranger, le Museum of Contemporary Art de Los Angeles (1981-1986, Californie, États-Unis).

Il est récipiendaire du prix annuel, Institut d’architecture du Japon, pour la bibliothèque préfectorale de ITA et le musée d’art moderne de Gunma (respectivement 1967 et 1975, Japon), l’Ordre des arts et des lettres (Officier de 1997, France) , Médaille d’or RIBA pour l’architecture (1986 Royaume-Uni), Leone d’Oro, Biennale d’architecture de Venise, en tant que commissaire du pavillon japonais (1996), Gran Cruz de l’Orden del Mérito Civil (1997 Espagne), Ordine al Merito della Repubblica Italiana (2007 Italie) et le Prix d’excellence Lorenzo il Magnifico, Florence Biennale (2017). Il a été membre honoraire de la Royal Academy of Arts (1994) et de l’American Academy of Arts and Letters (1998), et membre de la Japan Arts Academy (2017). Il a été nommé au premier jury du prix Pritzker en 1979 et a été membre pendant cinq années supplémentaires.


ARTICLE PAR FROU AKALAY
CRÉDIT PHOTO

Les plus lus

# à lire aussi

Concours d’architecture Kaira Looro 2024

L'organisation humanitaire Balouo Salo lance un appel inspirant aux...

5 concours internationaux ouverts aux architectes marocains – 7 –

En cette année 2024, la scène internationale des compétitions...

Reconversion de l’église d’Asquillies en habitation mono-familiale

Ancienne et imposante, l’Église d’Asquillies, de la Sainte Vierge,...

La Porte Bleue – PietriArchitectes

L’agence PietriArchitectes présente la Porte Bleue une résidence de...