Eames House (Case Study House No.8) – Charles & Ray Eames

UNE APPROCHE ARCHITECTURALE AVANT-GARDISTE

CHARLES & RAY EAMES

Figure de proue du modernisme californien des années 50, la Eames House, également intitulée « Case Study House 8 », a été imaginée au départ par les architectes Charles Eames et Eero Saarinen. Conçue dans le cadre du programme « Case Study Houses » lancé par le magazine Arts & Architecture en 1945, la Eames House se situe dans le quartier Pacific Palisades en Californie.

Constituant l’un des projets les plus éminents du XXe siècle, la Eames House a favorisé la mise en place d’un paradigme constructif et structurel des projets résidentiels mais également une vision intimiste et confortable de l’architecture moderne.


Achevée en 1949, la Eames House a observé quelques modifications par Charles et sa femme Ray, constituant ainsi la résidence et le studio du couple de designers jusqu’à leur décès. À l’heure actuelle, le projet fait office d’un musée régi par la Fondation Eames.

La Eames House constitue un modèle pertinent de flexibilité et d’adaptabilité face à des contraintes économiques et logistiques. Ce projet a eu un impact significatif sur l’architecture et le design modernes, influençant le développement du style moderne du milieu du siècle qui continue d’être populaire aujourd’hui. Célébrée pour ses lignes épurées, l’utilisation de nouveaux matériaux comme l’acier et le verre, et sa connexion avec le paysage environnant, la Eames House continue de passionner et de faire rêver.

STRUCTURE ET SYSTÈME CONSTRUCTIF

Le parti pris architectural de la Eames House s’est articulé autour d’une approche « transparente » de la structure, à travers lequel le déploiement des matériaux devient apparent. Le système constructif du projet se constitue d’une série de portiques, disposés suivant le dessin d’une trame, surmontés par une poutre en treillis, et fixés par le biais d’une équerre.

L’acier, quant à lui est décliné sous plusieurs formes, notamment dans la structure mais également comme un élément de fixation des ouvertures et de revêtement pour la façade. L’idée était de promouvoir un modèle résidentiel abordable dans l’air du temps, pouvant être fabriqué en série. En effet, dans un contexte d’après-guerre, caractérisé par la rareté des matériaux de construction, Charles et Ray Eames ont imaginé un volume dont l’ossature et l’enveloppe seraient complètement préfabriquées et faciles à assembler.

TRAME ET CONFIGURATION SPATIALE

La Eames House présente une forte cohérence entre sa forme structurelle et son organisation spatiale. Elle se déploie en deux volumes distincts : l’un constituant l’espace de vie et l’autre le studio de travail, les deux étant séparés par un jardin. Cependant, la disposition des espaces repose sur la configuration de la trame structurelle – les éléments de construction « prêts à l’emploi », que l’on retrouve dans la structure, viennent également articuler les espaces intérieurs et extérieurs sur la totalité du projet.

La maison est d’une longueur de 8 unités, le patio de 4 unités et le studio de 5 unités. L’édifice total s’inscrit dans une largeur de 3 unités, sur une double hauteur. Celui de la maison et de 2 unités par 3 unités pour celui du studio. Déployées sur deux niveaux, des doubles hauteurs cubiques sont dégagées.

En matière de disposition spatiale, les noyaux de circulation verticale et les pièces humides sont placés du côté de la façade ouest, qui donne sur un mur de soutènement en partie basse, de manière à préserver la linéarité de la façade et à dégager la vue.

FAÇADES ET APPROCHE PLASTIQUE DE L’ENVELOPPE

La configuration de la trame structure également l’écriture de la façade, de manière à faire écho aux principes plastiques fondateurs du mouvement De Stijl. Ce mouvement artistique européen, en vogue durant les années 20, préconise l’usage exclusif des couleurs primaires et des formes géométriques pures.

Le traitement et l’agencement de la façade principale mettent à l’honneur le célèbre tableau « Composition en rouge, jaune, bleu et noir » (1921) de Piet Mondrian. Les panneaux vitrés constituent une portion importante de la façade, de manière à dégager des effets de transparence et de légèreté.

Les panneaux opaques, quant à eux sont réalisés à partir de Cemesto. Le matériau est apparu pendant la Seconde Guerre Mondiale en tant que moyen efficace et rentable de construire. Ce dernier été imaginé de manière à être préfabriqué, sous forme de panneaux de différentes épaisseurs.

L’ESCALIER – ÉLÉMENT STRUCTURANT DU PROJET

Les espaces intérieurs sont réfléchis suivant des principes de transparence, de légèreté et de commodité. Par ailleurs, le projet est doté de deux escaliers, menant chacun vers une mezzanine. Le premier est un escalier en colimaçon et l’autre un escalier de type droit.
Leur design permet d’appuyer l’approche conceptuelle des architectes, en imaginant des escaliers aussi légers et transparents que possible.

L’escalier répond également à une valeur conceptuelle forte. Il permet de structurer le parcours de l’extérieur vers l’intérieur – c’est une production complètement préfabriquée. La composition des marches en bois et la structure en acier noir harmonise avec les matériaux de la maison. Le garde-corps est une simple ligne qui suit la forme de l’escalier, composé d’une série de modules de marches qui peuvent facilement être transportés et assemblés sur place.  


À PROPOS DU PROGRAMME « CASE STUDY HOUSES »

Les « Case Study Houses » constituent une série de conceptions architecturales résidentielles expérimentales commandées par le magazine Arts & Architecture et construites en Californie du Sud de 1945 à 1966. Le projet visait à mettre en valeur les possibilités de l’architecture et du design résidentiels modernes en utilisant de nouveaux matériaux et technologies développés pendant et après la Seconde Guerre mondiale.

Le programme Case Study Houses a chargé certains des architectes les plus célèbres du milieu du XXe siècle, dont Richard Neutra, Charles et Ray Eames, et Eero Saarinen, de concevoir et de construire des maisons à la fois abordables et innovantes. Les maisons étaient destinées à servir de prototypes pour les logements d’après-guerre qui pourraient être reproduits à grande échelle.


ARTICLE PAR SALMA AFIRAT
CRÉDIT PHOTO

Les plus lus

# à lire aussi

Open Call : Lancement des Restaurant & Bar Awards 2024

Pendant plus de quinze années consécutives, les Restaurant &...

Maroc : les Hôtels les plus attendus en 2024

À l'aube de l'année 2024, le Maroc se prépare...

Foster+Partners prévoit une tour de deux kilomètres en Arabie Saoudite

Le projet audacieux de Norman Foster pour construire une...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page!