21 C
Casablanca
vendredi 15 octobre 2021

Accueil ART & CULTURE AGENDA Malika Agueznay : l'art ancré dans le temps

Malika Agueznay : l’art ancré dans le temps

SO ART GALLERT CASABLANCA

Du - au

So Art Gallery présente le travail de Malika Agueznay, du 10 Juin au 2 Juillet. Cette exposition dévoilera au public des œuvres majeures de l’artiste, ainsi que des œuvres récentes en exploitant différentes techniques.

C’est à l’orée des années 1980 que Malika Agueznay aborde le monde de la gravure à Assilah auprès de grands maîtres tels que Roman Artymowski, Mohamed Omar Khalil, Krichna Reddy ou encore Robert Blackburn. Elle est également fidèle, tous les ans depuis 1978, au Moussem d’Assilah et à son atelier de gravure. L’écriture «alguée» d’Agueznay est unique et ses gravures ne ressemblent à aucune autre tant elle sait faire ressortir les reliefs et satiner le miroitement des couleurs. Quels que soient le support et la technique, le travail de Malika est empreint d’une douceur toute mystique.

Plasticienne accomplie, Malika Agueznay est à la fois peintre, sculpteur et graveur émérite, animée par l’amour de l’art et le sens aigu du travail bien fait. Son signe fétiche, l’algue, s’adapte à la fois à la toile, au bois et à la gravure, technique dans laquelle Malika semble avoir trouvé son bonheur.

Malika Agueznay  n’a cessé d’explorer tout le potentiel plastique que lui offre l’algue, elle le fait en manipulant la peinture et la gravure et en exploitant des supports variés: fresques, toiles, gravures sur zinc ou sur cuivre

Nous vous invitons vivement à découvrir cette exposition inédite, où l’artiste nous conviera à la traversée d’un paysage empreint de plasticité et d’écriture, une pudique mélodie intérieure, où un chant de beauté investi ses œuvres en total harmonie. 


A PROPOS DE MALIKA AGUEZNAY

Malika Agueznay est une artiste pionnière à plus d’un titre. Première femme a développer l’abstraction, elle a pris part à la modernité marocaine et contribué, aux côtés des ténors de l’École de Casablanca, à en définir les codes et les formes.

En 1966, après une première formation scientifique, Malika Agueznay s’inscrit à l’École des Beaux-Arts de Casablanca,  alors dirigée par Farid Belkahia. Là, elle côtoie les penseurs de la modernité marocaine et contribue avec eux à inscrire l’art dans les champs politique et social qui définiront le mouvement. Ensemble, ils questionnent la peinture contemporaine et axent leur travail sur l’étude des formes, des lignes, de la géométrie et de la couleur pure. À leur contact, l’artiste développe ses propres recherches qu’elle explorera sa vie durant à travers différents supports.

C’est à travers l’expérience de la gravure, qu’elle découvre en 1978 au Moussem d’Asilah, que le travail de Malika gagne en force et se libère de la préoccupation de la lisibilité de la forme et du contenu.  Comme le souligne son ami l’anthropologue Bert Flint, Malika Agueznay est sans doute l’artiste marocaine de sa génération qui a poussé le plus loin les recherches dans ce domaine. Pour approfondir sa technique, l’artiste qui est aussi une jeune maman, n’hésite pas à partir à New York, dans les ateliers de graveurs de renom comme Mohamad Omar Khalil, Krishna Ready et Robert Blackburn. Elle complétera cet apprentissage à Paris à l’Atelier 17. Depuis, fidèle à l’enseignement de l’École de Casablanca, l’artiste revient chaque année à Asilah pour animer l’atelier de gravure à l’occasion du Moussen (festival) International d’art.

«Etre graveur permet au peintre que je suis de me dédoubler et de réaliser tout ce que je ne peux faire en peinture. Et pourtant ma peinture et ma gravure se tiennent par la main, je le sens.» 

Parmi les formes qui la préoccupe dès ses premières années à l’école des beaux-arts, celle de l’algue marine prend peu à peu une place prédominante dans son travail et devient bientôt omniprésente.

Guidée par la main experte de l’artiste, le motif de l’algue se renouvelle sans cesse depuis plus de cinquante ans et fait partie intégrante de l’histoire de l’art marocain. Déclinées sur toile ou gravées sur différents médiums, l’artiste en donne de nombreuses variantes ; Tantôt, formes géométriques aux contours nets, certains historiens l’apparente aussi aux courbes du corps féminin ou encore à la multiplication des cellules comme autant de symboles de vie que rien ne peut anéantir. La simplicité de la forme qui se répète à l’infini se suffi à elle-même et, l’effet cinétique qu’elle génère, déconcerte et questionne.  A cette figure abstraite dont elle explore les limites, l’artiste ajoute bientôt celle de l’entrelac. Le sens de l’équilibre entre la surface, le volume et la matière reste sa préoccupation première. Les couleurs franches et chaudes viennent rehausser les formes. L’ajout de la calligraphie et l’insertion de sourates du Coran ou de « mots magiques »,  que sont  paix, amour, modestie ou générosité confèrent à l’ensemble une vibration intense

Du 10 Juin au 2 Juillet 2021
Vernissage Jeudi 10 Juin à partir de 19h00

ART & CULTURE //

Interview – Rabiaa Harrak, architecte

Rabiaa Harrak est architecte en chef principale, lauréate de l’Ecole Nationale d’Architecture de Rabat, Maroc. Depuis qu’elle a intégré la Direction du Patrimoine Culturel...

DESIGN //

Protégé : Amanjena Resort – Marrakech

Dans un eden naturel, bordé d’oliviers et parsemé de palmiers, se cache une perle architecturale qui découle d’une collection hôtelière de renom. Après avoir...

TWITTER //

Terra Modus : tout savoir sur l’expertise immobilière https://chantiersdumaroc.ma/actualites/immobilier/terra-modus-tout-savoir-sur-l-expertise-immobiliere/

Chronique : la transmission de l'architecture, par Lina Meskine architecte. #teamarchi
https://aemagazine.ma/la-transmission-de-larchitecture//

Centre de vacances Bank Al-Maghrib
Architecte : El Bachir Biad #teamarchi
@BankAlMaghrib
https://aemagazine.ma/centre-de-vacances-bank-al-maghrib-quand-l-architecture-priorise-le-confort/

Charger plus...

DEVENEZ CONTRIBUTEUR

La rédaction de A+E vous offre la possibilité d’exercer votre plume au service de vos domaines de prédilections...