23 C
Casablanca
lundi 8 août 2022
PROJETSYoussef Lahkim - L’architecture au service de l’être humain

Youssef Lahkim – L’architecture au service de l’être humain

COLLECTOR DES ARCHITECTES ÉMERGENTS - VOLUME I

icone
YOUSSEF LAHKIM

L’architecture au service de l’Humain a été de tout temps le leitmotiv de l’agence Youssef Lahkim Architecte. Promouvoir des valeurs ayant un impact faible sur le quotidien des usagers, et façonner un urbain soutenable en questionnant sans cesse les usages de l’espace public, sont pour Youssef Lahkim des objectifs à atteindre pour chaque projet.


ECOLE AL FARAH

La société Idmaj Sakan a pour principale vocation le relogement de ménages issus des bidonvilles qui entourent l’agglomération casablancaise. À travers l’intégration de ses structures en zones non urbanisées, elles permettent aux futurs habitants de bénéficier de services de proximité dans les domaines de l’éducation, du sport et de la santé.

Ecole Al Farah – Youssef Lahkim Architecte

C’est en périphérie de la ville de Casablanca que se situe l’école « Al Bouhali Mastour », au sein d’une de ces opérations de relogement. Le site, résolument isolé de toute urbanité et entouré de parcelles agricoles était l’occasion de proposer un projet clair par ses masses, tout en maintenant l’axe fort que constitue le porche d’entrée.

Le projet est composé d’un premier bloc de quinze salles de cours pour enfants du primaire et du préscolaire, d’un bloc administratif comprenant les bureaux et les salles des professeurs, d’un bloc sanitaire et d’un logement de fonction doté d’un salon et de deux pièces. Le tout s’articule autour d’une cour centrale, faisant office d’aire de jeu principale. L’accessibilité aux personnes à mobilité réduite se traduit dans le projet par l’adoption de seuils de moins de deux centimètres pour l’accès aux classes et à l’administration, de l’utilisation d’une rampe d’accès aux étages supérieurs ainsi que l’utilisation de codes couleur pour un meilleur repérage dans l’espace par les personnes malvoyantes.

Un travail sur la couleur des volumes permet de mieux identifier les entités programmatiques. La couleur orange permet de différencier les blocs entre eux et de marquer les accès. Quant au dégradé de couleurs et au positionnement des ouvrants en quinconce, ils permettent d’insuffler un rythme à la façade et au projet. La simplicité des matériaux et leur disponibilité, ainsi que la rationalité du plan, ont permit la concrétisation du projet tout en respectant le budget attribué.


ECOLE AGDAL – SIDI MOUMEN

Située à Sidi Moumen, dans un quartier en pleine mutation et à forte dominance de structures résidentielles, l’école Agdal se veut être un repère urbain. Le projet vient combler une forte demande en équipements scolaires. Le programme comprend des salles préscolaires et primaires, ainsi que des commodités d’usages tel que la restauration et les loisirs. L’utilisation judicieuse de la réglementation urbaine a fait du projet un objet identifiable.

Le gabarit en vigueur est de trois niveaux sur le rez-de chaussée, avec un encorbellement d’un mètre sur chaque façade. Une composition en deux volumes distincts offre une lisibilité urbaine. À partir d’un parallélépipède revêtu en plaques en fibrociment, et en nuances de vert pastel, surgit un second volume de couleur blanche. Les persiennes rythment la façade une fois fermée, et viennent souligner deux volumes s’imbriquant l’un dans l’autre.


STATION TOURISTIQUE DE TAGHAZOUT

La disposition en damier du plan de masse permet de combiner plusieurs unités à échelle humaine. Au sein d’un même îlot, quatre unités de soixante par soixante mètre s’organisent autour de micro-oasis privatifs et d’immeubles de faibles hauteurs en R+1 et R+2. Les porosités du bâti permettent de créer les espaces publics qui viennent structurer le cheminement au sein du projet.

Ainsi, l’accès au sein de l’îlot se fait par une agora. Cette dernière est la colonne verte du projet, celle qui distribue l’ensemble des unités de voisinage dans un écrin de végétation. Les interstices entre les îlots, permettent de les connecter et les desservir. Ceux-ci sont privatifs et surveillés de jour comme de nuit. Les logements balnéaires sont agencés de manière à cadrer les meilleures vues sur l’océan. En périphérie, sont disposés les immeubles à faible hauteur et au milieu, les immeubles en R+2 viennent scruter les différentes vues par leur hauteur.


A PROPOS DE YOUSSEF LAHKIM

Youssef Lahkim, architecte

Suite à l’obtention de son diplôme en 2008, Youssef Lahkim collabore avec des cabinets de renom avant d’ouvrir son agence en 2011, dessinant tout d’abord des maisons individuelles avant de s’engager dans des concours, dont il parvient à en remporter quelques-uns. Aujourd’hui, le cabinet dispose d’une solide expérience dans le résidentiel et l’hôtelier, les établissements scolaires et les équipements sportifs.


icone
icone

DERNIERS ARTICLES //

spot_img

DEVENEZ CONTRIBUTEUR

La rédaction de A+E vous offre la possibilité d’exercer votre plume au service de vos domaines de prédilections...