HEADER

Accueil DESIGN 7 films que tout architecte confiné -ou pas- devrait voir

7 films que tout architecte confiné -ou pas- devrait voir

Qu’est-ce que l’architecture sinon une scène de théâtre ouverte à l’appropriation et à l’interprétation ? L’architecture ne saurait se détacher du récit, tout comme inversement, ce dernier trouve son essence dans l’espace. L’architecte en tant que metteur en scène de la vie quotidienne, partage un langage avec le cinéma. Ainsi, les deux disciplines s’inspirent mutuellement. Voici sept films que vous devriez voir.

1 // METROPOLE (1927)

Un film muet et passionnant, qui a réussi à définir un modèle type pour les futures épopées de science-fiction, présentant au monde les effets spéciaux.  
Sa présentation d’un monde luxuriant d’oligarques, servis par une société de prolétaires, et truqués par un savant fou, était des plus époustouflantes pour l’époque.
Par un paysage urbain futuriste et des intérieurs caverneux aux influences Art déco, Fritz Lang parvient à nous étourdir.


2 // A BOUT DE SOUFFLE (1960)

À bout de souffle à mis en avant deux icônes de style, Jean-Paul Belmondo et Jean Seberg. En noir et blanc presque maussade, on suit le quotidien de ses deux amoureux, qui flirtent et s’entraînent, dans des chambres d’hôtel peu glamour et des décors parisiens ordinaires, redéfinissant l’épopée romantique pour une nouvelle génération de cinéastes et de spectateurs indépendants.


3 // ORANGE MECANIQUE (1971)

L’influence pop d’Orange Mécanique est indiscutable.
Les décors et tissus aux motifs et aux textures tumultueuses, reflètent les tensions de cette histoire, entre l’anarchie et l’ordre, l’abstinence et la luxure. Toute une source d’inspiration pour ceux qui aspirent à mêler les choses.


4 // STAR WARS Trilogie originale (1977, 1980, 1983)

D’une esthétique incomparable, Star Wars met en avant les villes, les bâtiments, les navires et autres structures de fiction du Star Wars univers. Architects Journal a même classé dans son top 10, l’étoile de la mort et le temple du Jedi.
En comparant les environnements urbains aux environnements naturels illustrés dans Star Wars, Mark Lamster transmet l’idée que les villes sont des lieux de danger et de corruption, tandis que les forces du bien trouvent refuge dans le monde naturel.


5 // BATMAN (1989)

Tim Burton nous offre là, un film plein de rebondissements et de zones d’ombres, et a fini par lancer tout un genre de films de bande dessinée moderne. Sans avoir peur du « sombre », sa vision de Gotham et du Joker à inspirée toute une génération à aller plus loin.


6 // LE GRAND BUDAPEST HOTEL (2014)

Les films de Wes Anderson sont connus pour leurs scénographies et décors méticuleux. Le Grand Budapeste Hôtel lui permet de se lancer dans le luxueux. Il crée alors une auberge européenne, où chaque décor est peint de détails riches et significatifs.


7 // LA FAVORITE (2018)

Un domaine Jacobeen du XVIIe siècle est le cadre de cette intrigue, dans laquelle Emma Stone et Rachel Weisz se disputent les faveurs de la reine, incarnée par Olivia Colman. La favorite a une esthétique luxuriante, mais extrêmement étudiée : les murs sont recouverts de couches presque comiques de tapisseries élaborées, mais les costumes restent principalement monochromes. La rareté de l’obscurité met en évidence les émotions primaires en jeu, donnant au film un avantage sur les drames typiques.  

icone
Kenza El Idrissi
icone
- Advertisment -
[]

[]

Usine Serraj – Casablanca

Congo Biennale 2022

Ecole Chénier – Rabat