Bin Ennakhil – Palmeraie Marrakech

Pour l’amour du jardin andalou

AHMED BENTAHER - HORTIS

L’histoire de ce jardin mauresque commence très tôt lorsqu’un jeune étudiant allemand, cultivé et féru d’histoire, visite le château de l’Alhambra de Grenade. Il est impressionné par l’architecture et les jardins avec ses plans d’eau. L’image du Généralife avec ses senteurs est à jamais gravée dans sa mémoire. Il se fait alors une promesse : « le jour où j’aurai de l’argent, je construirai une maison mauresque avec un jardin andalou ».


UNE PASSION POUR LE JARDIN ANDALOU

Quelques dizaines d’années plus tard, quand la fortune lui sourit, et après avoir fait le tour du monde, c’est tout naturellement au Maroc, pays des ancêtres des Maures qu’il décide de réaliser son rêve et, enfin, tenir sa promesse. Le coup de foudre pour Marrakech dont les ambiances et couleurs lui rappellent si bien le palais de Grenade finit de le décider à s’installer au Maroc. Ancien pays colonisateur de l’Espagne, c’est là où se trouve, encore vivace, le savoir-faire séculaire de cette architecture marocaine d’Andalousie si particulière et si délicate qui a inspiré la majeure partie de l’architecture du monde arabe. Elle a d’ailleurs donné aux poètes une inspiration telle qu’en sont sortis les poèmes et les odes les plus célèbres de la littérature en langue arabe.

jardin

VITE, UN VIEUX JARDIN !

Mais, lorsqu’il entreprend son projet, notre ressortissant du pays de Goethe et amoureux du Maroc n’a plus 20 ans et lorsqu’il s’adresse à Ahmed Bentaher, architecte paysagiste talentueux et chevronné, il lui demande de concevoir et réaliser un jardin de plus de 50 000 m2 où les plantations doivent être séculaires de manière à en profiter dès son achèvement. C’est que le temps s’égrène et que le plaisir doit être consommé immédia- tement.

jardin

AHMED BENTAHER RELÈVE LE DÉFI

Loin de se décourager, Ahmed Bentaher relève le défi et n’hésite pas à se rendre avec son client à Grenade pour étudier de plus près les magnifiques jardins de ce monument majeur de l’architecture marocaine. Puis, après avoir planché sur de nombreux livres spécialisés, il dessine avec son client l’espace paysager avec ses nombreux axes et ses multiples plans d’eau, éléments déterminants du parti pris paysager. Plusieurs thèmes ornementaux sont alors prévus dans ce grand ensemble : la roseraie, un jardin tropical, un jardin aride avec ses cactées… permettant ainsi de tirer le meilleur parti du potentiel du site, lieu d’implantation du futur jardin.


LA MAÎTRISE DES TRANSPLANTATIONS

Dès lors, fort de son parti paysager, il commence une opération de transplantation aussi délicate que tech- nique. Des Phoenix canariensis centenaires et des oli- viers bicentenaires sont alors transplantés en prenant soin de préserver l’intégralité des couronnes car en technicien averti, l’architecte paysagiste sait «qu’il faut au préalable pré-enraciner et préparer à la transplanta- tion les sujets centenaires, pour provoquer l’arrivée de nouvelles racines qui vont permettre de conserver toute l’envergure des sujets, évitant ainsi le recours à des tailles sévères».

Les résultats ne se font pas attendre et en quelques an- nées, la maison-palais avec son jardin andalou, située en pleine palmeraie de Marrakech, semble être là depuis la nuit des temps pour le bon plaisir de son propriétaire et de ses nombreux convives !


FICHE TECHNIQUE

MAÎTRISE D’OUVRAGECLIENT PRIVÉ
MAÎTRISE D’ŒUVRE AHMED BENTAHER – HORTIS
SITUATION PALMERAIE DE MARRAKECH
SURFACE COUVERTE 2 500 M2
LIVRAISON 2001
ARTICLE PAR Fouad AKALAY
CRÉDIT PHOTO HORTIS

Les plus lus

# à lire aussi

Carey Duncan : « La durabilité est un pilier central de ma philosophie »

À travers un échange captivant avec Carey Duncan, architecte...

LafargeHolcim Maroc s’engage pour la durabilité des structures en béton

LafargeHolcim Maroc a réuni à Bouznika un séminaire crucial...

IRESEN – BEN GUERIR

Accordant une attention particulière à la recherche et au...

Théâtre en Verdure – Canada

Réaménagé par la firme d’architecture et de design Lemay,...