20.8 C
Casablanca
mercredi 22 septembre 2021

Accueil EDITORIAUX L’architecture en héritage, une histoire de consanguinité.

L’architecture en héritage, une histoire de consanguinité.

magazine

Cela faisait longtemps que l’idée nous trottait dans la tête.

Dédier une édition d’A+E à ces jeunes architectes, dont l’un des parents, ou les deux, sont architectes.  Comme chacun le sait cet exercice n’était pas possible il y a quelques années, au début de l’aventure d’Archimedia, faute de candidats.

Il fallait que les premières générations de ces Hommes de l’art  arrivées en nombre significatif dans les années 70 et 80 puissent donner naissanceà cette nouvelle génération aujourd’hui active et en pleine production, soit sous le couvert des parents soit en singleton.

Nous rencontrons de plus en plus ces jeunes  lors d’évènements culturels, de rencontres scientifiques ou encore de vernissages, autant de manifestations qui sont de plus en plus fréquentes dans le microcosme du petit monde de l’art et de l’architecture.

Ils sont, pour la plupart,plus brillants et éveillés que leurs parents à leurs âges : décomplexés, ils abordent la modernité sous un prisme plus large. Contrairement à leurs géniteurs, ils ont beaucoup voyagé, assisté à moult expositions et visité avec eux les grands musées du monde. Ils ont grandi dans le Maroc de Mohamed VI qui a vu éclore de grands et petits projets intéressants tous les domaines : infrastructure, culture, tourisme, éducation, industrie etc.

Mais certains, tout en étant architectes, ont opté pour d’autres chemins : ils se sont intéressé à la photo, la céramique, la mode, la scénographie, la peinture… et y ont excellés portés en cela par les gênes de leurs parents quand ce n’est pas ceux de leurs oncles ou leurs tantes. La consanguinité y est pour quelque chose !

Bien entendu, tous ces jeunes architectes ne figurent pas dans ce numéro : ce n’est pas un catalogue. Nous avons sélectionnés ceux que nous connaissons mais aussi ceux qui se sont spontanément présentés à nous avec leur travail. Que les autres brillants confrères nous excusent pour cet « oubli » qu’on pourrait combler dans une autre édition quand ils se seront fait connaitre. 

Les portes d’Archimedia leurs sont ouvertes !