L’atlas de mes ancêtres

Un poème pour la mémoire et la résilience

Quand je pense au bonheur, m’apparait une tâche dans le ciel. Elle s’intensifie, puis elle se rapproche. Plus la nuit est longue et plus sa lumière se propage. Parfois, une braise l’accompagne. Sournoise est sa douceur, enivrante est sa saveur. Mais quelle est cette senteur ? Un fruit ? Un arbre ? Le souvenir d’une enfance bercée sur les plaines.

Traitres sont les paupières quand d’un clin le jour se réveil. Mais comment leur en vouloir devant une image sans pareil. Suis -je réelle ? Ou suis-je effacée devant l’immensité de l’univers.

Le monde prend vie et mes sens s’altèrent. Le bruit mélodieux de l’aube annonce la valse. L’air se régénère et la chaleur s’installe. D’un coup, l’univers change de couleur. Tout est ocre, tout est rouge, et la verdure s’installe comme un couronnement à sa noblesse. C’est à ce moment que je me souviens.

Je me souviens des rires, des éclats. Je me souviens de l’amour, de la terre, des fêtes et des kasbah. C’est à mon héritage de briller et à moi de le servir. L’intimité s’efface en s’amplifiant. Les inconnus deviennent oncles, les toits deviennent parcs, la pluie est une rivière et les débris ?.. de nouveaux jeux pour les enfants. La tristesse n’existe pas, les ravages ne durent pas, car le peuple s’allie pour reconstruire ce qui autre fois était la gloire de leurs ancêtres.

 Je parle de bonheur et de simplicité, d’un peuple lié à son identité. Je parle de villes forgées par la terre et l’argile. Je parle de bâtis construits de la nature. Je parle d’un village devenu une maison, d’un marché devenu une mosquée et d’une mosquée devenue une école. Je parle d’une rivière effacée dans une forêt. Je parle des enfants, aventurés sous l’ombre des arbres, des fruits que l’on récolte sur les épaules de sa mère, d’une enfance enfouie au fin fond de mes racines.

Je parle de Toubkal, ces montagnes d’où je tiens mon héritage.


NB : ce poème écrit par Malak Hdidou, étudiante en 3ème année d’architecture a été rédigé dans le cadre d’un cours sur la communication du projet en architecture à l’école d’architecture de Casablanca en 2023.

ARTICLE PAR HDIDOU Malak, étudiante en architecture
CRÉDIT PHOTO HDIDOU Malak

Les plus lus

# à lire aussi

Al ‘ala : préservation sonore de la musique andalouse marocaine

L'Anthologie de la musique andalouse du Maroc, al ‘ala,...

Hollywood Inattendu: univers légendaire à Tanger !

L’exposition "Hollywood Inattendu" se passe à la Fondation pour...

From Master to Disciple – Villa des Arts

La fondation Al Mada-Villa des arts de Rabat dévoile...

7 Escapades pour un dépaysement total

Clôturer l’année sur une note positive, se ressourcer, et...