23.1 C
Casablanca
mardi 21 septembre 2021

Accueil RÉFLEXIONS CHRONIQUES L'hôtel Lincoln s’essouffle !

L’hôtel Lincoln s’essouffle !

icone
Hubert Bride

Comment dire : ceci est tout simplement affligeant ! L’hôtel Lincoln s’essouffle ! L’hôtel Lincoln se meurt ! L’hôtel Lincoln ne sera plus !

C’est si dur de voir un si beau monument, vestige de l’architecture de l’époque coloniale (heureusement révolue), se craqueler, se casser, s’effondrer, disparaître, sous nos yeux… Celui qui fut le premier bâtiment construit sur le boulevard Mohammed V (ex-Bd de la Gare), en 1917, par l’architecte français Hubert Bride, se voit condamné à une fin désolante.


Il y a quelque temps, la moitié de la façade donnant sur le boulevard s’est écroulée entièrement, découvrant ses entrailles de pierres noircies par le temps, lamentablement éclairées par un soleil de plomb, accentuant au contraire cette large blessure. Que de litanies n’avons-nous pas entendues sur le devenir de ce bâtiment ?

En 2006, nous avons vu s’élever des armatures autour de l’hôtel, espérant que ce soit le début des rénovations. Cela nous a bercé d’illusions pendant quatre ans. Aujourd’hui, elles n’y sont plus, anéantissant à jamais notre ultime espoir de voir renaitre cet édifice. Il fut l’objet de nombreuses convoitises à une époque. Certains voulaient le transformer en centre commercial. D’autres, le reconstruire pour en faire des plateaux de bureaux. En 2000, ses façades sont classées patrimoine historique… au moins, a-t-il la chance de bénéficier d’une sorte de bouclier protecteur, le qualifiant d’intouchable. Les bâtiments de cette période (début du XXe siècle), représentatifs de l’architecture Art Déco, furent parfois considérés comme le symbole de la présence française au Maroc. Bon nombre d’entre eux furent malheureusement détruits, sans aucune restriction. Au lendemain de l’Indépendance, les autorités avaient démoli certains édifices, légués par la colonisation. Cette volonté d’effacer ce pan de l’histoire, rejoignait celle de retrouver l’identité culturelle arabo-musulmane. Mais, en détruisant à tort et à travers, propriétaires privés et autorités ne réalisaient pas qu’ils faisaient disparaître de précieux témoins de l’histoire du Maroc et de l’architecture (hôtel d’Anfa, théâtre municipal, les arènes)… Certes, la patronne du Rick’s Café… a eu la merveilleuse idée d’en faire un centre de musique, comme le Centre Lincoln de NY. De quoi séduire tous les mélomanes du monde. Mais ce projet fut lui aussi abandonné.

En tant que Casablancais, conscients et fiers de l’ampleur du patrimoine architectural de notre ville blanche, nous ne savons nullement à quel piètre sort il est livré, mais nous refusons, nous décrions, nous supplions, nous implorons devant cette triste léthargie.

icone
Fatima-Zahra Omary
icone

ART & CULTURE //

DESIGN //

TWITTER //

“Turning cemeteries into positive spaces that serve each neighborhood” - Listen to #HolcimAwards Next Generation winner Tala Shelbayh provide insights on her project “Living memorial in Jordan”. More project info: https://bit.ly/3tJDIpH #SustainableConstruction

Mail de Sala Al Jadida 🌴✨
Architecte paysagiste : Mounia Bennani
#teamarchi #morocco
https://aemagazine.ma/mail-central-de-sala-al-jadida-mounia-bennani-architecte-paysagiste/

Siège Bosch Afrique - Casablanca ⬇️ 📸
Architecte : Lead Architecture @LeaDemnati
#teamarchi
https://aemagazine.ma/nouveau-siege-de-bosch-afrique-casablanca/

Charger plus...

DEVENEZ CONTRIBUTEUR

La rédaction de A+E vous offre la possibilité d’exercer votre plume au service de vos domaines de prédilections...