Rabea Ridaoui, présidente de Casamémoire se confie à nous !

Suite à une semaine patrimoniale par excellence, où les journées du patrimoine de Casablanca (JDP) organisées par l’association Casamémoire allant du 13 au 15 mai 2022, ont su rassembler des centaines de petits et grands dans une atmosphère de partage et de découverte de leur ville.

Pour une immersion parfaite dans cet univers où le « patrimoine » est le maitre mot, nous vous invitons à découvrir une interview exclusive avec Rabea Ridaoui, présidente de l’association Casamémoire.


INTERVIEW RABEA RIDAOUI :

A+E // JDP 2022, comment s’est présentée cette 11eme édition ?

Rabea Ridaoui : « Cette 11ème édition s’est présentée sous la forme de retrouvailles avec le grand public après une interruption imposée par la crise sanitaire. Elle s’est inscrite dans la continuité des précédentes éditions avec une programmation culturelle riche et diversifiée qui met en valeur les efforts de valorisation du Patrimoine Casablancais sous le thème de « La sauvegarde du Patrimoine, un effort collectif ». »

Rabea Ridaoui, présidente de Casamémoire

A+E // Quelles ont été les grandes lignes du programme de cette édition ainsi que sa spécificité ?

R.R : « Le programme de cette édition a porté, comme à l’accoutumée, sur une approche participative avec l’implication d’associations et d’acteurs culturels dans la valorisation du patrimoine de la ville, avec une rétrospective des réalisations communes dans le domaine de la sauvegarde, ainsi qu’une réflexion sur les outils et mécanismes à mettre en place pour la valorisation effective du Patrimoine. »

A+E // De nouveaux circuits ont été ajoutés aux visites guidées des JDP 2022. Quels ont été les critères de sélection des différents circuits ?

R.R : « Les nouveaux circuits de cette édition ont permis de mettre en lumière des espaces  récemment rénovés comme « Le passage Zevaco » ou « Kora Ardiya » qui a été intégré au circuit du centre-ville et qui accueille une exposition photographique sur les anciennes salles de cinéma de Casablanca, réalisée par les jeunes photographes du centre « Les étoiles de Sidi Moumen ».

D’autres sites récemment ouverts ont été visitables comme le Centre d’interprétation du Patrimoine de la médina qui propose la gratuité aux visiteurs dans le cadre des Journées du patrimoine.

Nous avons intégré également dans notre circuit des étapes qui permettent de saluer les efforts de restauration tel que le siège de Driss Lahrizi d’AttijariWafabank récemment rénové ou l’hôtel Lincoln en cours de restauration et de reconstruction par le groupe Réalités.

Le patrimoine paysager a aussi été mis à l’honneur par la redécouverte du parc de la Ligue arabe après des années de travaux de rénovation et de réaménagement,  avec des animations, expositions et différents ateliers ouverts à tous les publics. C’est  donc l’occasion de montrer aussi les efforts initiés par la ville en faveur de la valorisation de son patrimoine.

Enfin, une autre nouveauté pour cette édition a été le nouveau circuit proposé sur « L’habitat pour le plus grand nombre », un circuit qui s’est fait en bus permettant de découvrir les différentes expériences de l’habitat social à travers plusieurs quartiers de la ville. »

A+E // En tant que nouvelle présidente de Casamémoire, quels sont les programmes et changements majeurs prévus durant votre mandat ?

R.R : « S’ouvrir davantage sur des collaborations locales et étrangères, repositionner Casamémoire comme acteur incontournable de la scène culturelle, entre autres, continuer à développer un projet sur la digitalisation de nos activités, et bien entendu veiller à  garantir la sauvegarde du patrimoine Marocain et le rendre accessible à tous. »

A+E // Casablanca a connu plusieurs démolitions ces dernières années, quelles sont les mesures prises par Casamémoire pour essayer de freiner ces destructions massives ?

R.R : « Casamémoire reste toujours en garde et dénonce par des rapports aux autorités concernées et des communiqués de presse chaque fois qu’une exaction est constatée sur un bâtiment patrimonial, l’association propose aussi l’inscription sur la liste des monuments de la ville des bâtiments à valeur patrimoniale. D’ailleurs cette année nous avons rajouté à la liste deux nouveaux bâtiments, l’Ecole Italienne des Roches Noires et l’immeuble Cosyra sur le Bd d’Anfa. Ceci dit, l’inscription d’un bâtiment, au cas par cas, ne suffit pas à le protéger lui, ni son environnement immédiat, il faut donc proposer les mesures nécessaires pour le restaurer, le réhabiliter ou le requalifier pour le garder en vie mais aussi l’intégrer dans un modèle économique qui soit compatible avec la valorisation du patrimoine. »

A+E // Quel serait votre souhait pour l’avenir du patrimoine à Casablanca ?

R.R : « Il est grand temps de passer à une vitesse supérieure et de doter la ville d’un projet global de sauvegarde et de valorisation de son patrimoine, avec la compagnie de tout un arsenal juridique. De nos jours un grand effort a été déployé dans ce sens par plusieurs acteurs publics, c’est ce que nous avons bien voulu mettre en avant  pour la 11ème édition des Journées du patrimoine. Et puis dans un monde idéal (et qui n’est pas impossible !) je souhaiterais que Casablanca arrive enfin à avoir une place méritée sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. »

A+E // Pour vous, quel serait le bilan de cette 11ème édition des journées du patrimoine de Casablanca ?

R.R : « Le bilan de cette 11ème édition est très positif , vu l’engouement  du public autour de l’événement et ce, malgré la coupure due à la crise sanitaire, ce qui prouve encore une fois que l’intérêt porté au patrimoine de la ville est au cœur des préoccupations de nos concitoyens. »

A+E // Finalement, si vous deviez décrire cette édition en un mot seulement, quel mot choisiriez-vous ?

R.R : « Difficile de décrire en un seul mot ! Je dirai un  « souffle  nouveau » ! On avait grand besoin de repartir du bon pied. »


QUESTIONNAIRE A LA PROUST :

1 // Si j’étais un quartier de Casablanca ?

R.R : « Habous sans hésiter ! »

2 // Si j’étais un bâtiment de Casablanca ?

R.R : « Bank Al Maghrib, élégante et raffinée ! »

3 // Si j’étais une époque à Casablanca ?

R.R : « Mon époque, elle me convient ! »

4 // Si j’étais un style architectural de Casablanca ?

R.R : « Art Déco forcément, mais pas que… ! »    

5 // Si j’étais un poème, une chanson pour Casablanca ? 

R.R : « Plutôt un film « Casablanca » de Michael Curtis, et pour la chanson « Bienvenue à Casa » de Hoba Hoba Spirit ! »

6 // Si j’étais un tableau artistique pour Casablanca ?

R.R : « Street art »

7 // Si j’étais un souvenir à Casablanca ?

R.R : « Mes premières journées du patrimoine en 2010 »

8 // Si j’étais un objet à Casablanca ?

R.R : « Une belle porte en fer forgé de style art déco »

9 // Si j’étais une autre ville du Monde ?

R.R : « Casablanca ville Patrimoine mondial de l’Unesco ! »

# à lire aussi